HKO-SPO-2019-HOCKEY-HALL-OF-FAME-INDUCTION-CEREMONY

Crédit : AFP

LNH

L'élève de Scotty Bowman qui attend toujours sa chance

Publié | Mis à jour

Pierre McGuire traverse, comme plusieurs, une période plutôt étrange de sa vie. L’homme de hockey, qui réside présentement au Connecticut, aimerait pouvoir se rendre à sa demeure à Mont-Tremblant afin de pouvoir visiter sa mère, une Québécoise. Mais impossible pour lui de traverser la frontière.     

«C’est assez difficile, a avoué l’analyste de NBC Sports lors d’un entretien avec le TVASports.ca. Et mon enfant, Ryan, est admissible au prochain repêchage, alors il est anxieux de savoir ce qui va se passer. Disons que les derniers temps ont été particuliers...»      

Puis, il y a cette rumeur qui a récemment fait surface. Le journaliste du Toronto Sun Steve Simmons rapporte que McGuire a obtenu une entrevue pour le poste de directeur général des Devils du New Jersey.    

«Il était curieux de voir cette information sortir, car il n’en est rien. Je crois que beaucoup de gens ont du temps à leur disposition», a réagi l’ancien entraîneur-chef des Whalers de Hartford.     

Il serait plausible que McGuire ait eu droit à un tel entretien si l'on considère qu'il est né à Eaglewood, une ville dans le comté du New Jersey, et qu'il s’est entretenu avec les Penguins de Pittsburgh et les Canadiens de Montréal pour le même poste par le passé.     

Mais, dès que le sujet a été abordé, on pouvait sentir un certain malaise chez le principal intéressé. A-t-il été interviewé par les Devils? Lorsque cette question lui a été explicitement posée, McGuire s’est empressé de chanter les louanges de Tom Fitzgerald, le DG par intérim de l’organisation.    

«Hum... non. Je ne veux pas vraiment..., a-t-il dit sans terminer sa phrase. Je peux te dire une chose en ce moment, les Devils sont une équipe en pleine ascension. Je crois qu’ils ont fait de très bons coups. Tom sera un excellent directeur général pour eux.»     

Peu importe ce qu’il en est vraiment, on salue la diplomatie du sympathique passionné de hockey. Un fait demeure : il souhaite de tout cœur obtenir sa chance de diriger une équipe de la Ligue nationale.     

«J’adorerais être un directeur général. J’attends... Peut-être que tu pourrais me trouver une job!», a-t-il lancé à l’auteur de ces lignes avant d’éclater de rire.     

McGuire, 58 ans, est en quelque sorte un élève du légendaire Scotty Bowman, qu’il a épaulé à titre d’entraîneur adjoint lorsque les Penguins de Pittsburgh ont remporté la coupe Stanley en 1992.     

Il était dans la course pour le poste de DG des Canadiens en 2012, après le congédiement de Pierre Gauthier, mais il a été coiffé par Marc Bergevin. McGuire a plus tard révélé lors d’une intervention à la radio qu’il aurait échangé le troisième choix au total que détenait le CH à l’époque. Bergevin l’avait plutôt utilisé pour sélectionner Alex Galchenyuk.     

En 2014, McGuire a obtenu deux entrevues avec les Penguins, et il était confiant d’obtenir l’emploi. Des négociations contractuelles avaient même eu lieu, mais c’est finalement Jim Rutherford qui a été l’heureux élu.