Canadiens de Montréal

Geoff Molson est-il encore l’homme de la situation?

Publié | Mis à jour

L’émission «JiC» a sondé les partisans des Canadiens, mardi, leur demandant qui, de Geoff Molson (président), Marc Bergevin (directeur général), Claude Julien (entraîneur) ou Trevor Timmins (directeur du recrutement), serait congédié en premier s’ils en avaient le choix.  

Peut-être qu’une partie du public ne congédierait aucun des quatre. Mais en fin d’après-midi, près de 2000 personnes avaient voté. Au premier rang : Timmins, le maître d’œuvre du repêchage, tout juste devant Julien.    

Mais l’animateur de l’émission, Jean-Charles Lajoie, ne voit pas les choses ainsi.  

Selon lui, si l’organisation ne connaît que très peu de succès sportif depuis trois ans, c’est peut-être au sommet de la pyramide qu’il faut regarder.  

La critique de «JiC» à l’endroit de Geoff Molson, propriétaire et grand manitou de l’organisation, ne vise pas l’homme, qu’il qualifie de «grand Montréalais» et de «grand francophile».  

«Mais beaucoup de choses se racontent sur la gestion quotidienne de l'organisation», a-t-il avancé, arguant notamment que certains départs, comme celui récent du président d’evenko, Jacques Aubé, ont laissé des traces.  

L’animateur croit également que Molson ne met sans doute pas assez de pression sur son directeur général, Marc Bergevin, tout en s’étant rendu coupable de deux cas d’ingérence qui auront ultimement nui à l’équipe.  

«Est-ce que Geoff Molson a la stature et la compétence nécessaire pour diriger un empire aussi gros et puissant que le Groupe CH, je me pose la question», a laissé tomber «JiC», dans ce qui était son «Apéro» du jour.  

Voyez l’ensemble de ses explications dans la vidéo ci-dessus.