HKO-HKN-SPO-VANCOUVER-CANUCKS-V-EDMONTON-OILERS

Crédit : AFP

LNH

Le 60e anniversaire d'une légende

Publié | Mis à jour

Membre du Temple de la renommée du hockey depuis 2001, l’ancien attaquant Jari Kurri célèbre déjà son 60e anniversaire de naissance, lundi, et les admirateurs du légendaire Wayne Gretzky le garderont bien présent dans leurs souvenirs.

Le «Finnish Flash» original a été le compagnon d’armes du numéro 99 pendant les grands moments de la dynastie des Oilers d’Edmonton ainsi qu’au cours de la renaissance des Kings de Los Angeles de la décennie 1990. Sans trop faire de bruit, le Finlandais a inscrit 1398 points en 1251 matchs de saison régulière dans la Ligue nationale (LNH), touchant la cible 601 fois. Or, il est demeuré quelque peu dans l’ombre de Gretzky et d’autres, dont Paul Coffey et Mark Messier.

Voici certains faits intéressants à souligner l’ancien ailier droit qui a gagné cinq coupes Stanley, toutes en Alberta.

- Choix tardif

Kurri a été un choix de quatrième tour, le 69e au total, des Oilers au repêchage de 1980. Il s’est aussitôt retrouvé avec le grand club l’automne suivant, tandis que Gretzky avait effectué ses débuts dans la LNH un an auparavant. L’Européen a bien fait avec 75 points en autant de rencontres lors de la campagne 1980-1981, mais c’est Peter Stastny, des Nordiques de Québec, qui a empoché le trophée Calder accordé à la recrue de l’année.

Au printemps, l’attaquant a aidé Edmonton à surclasser le Canadien de Montréal, pourtant largement favori, au premier tour des séries. En neuf parties éliminatoires, il a amassé 12 points.

- Recordman pour un temps

En 1984-1985, Kurri a réalisé une performance exceptionnelle avec 71 buts et 64 mentions d’aide pour 135 points en 73 duels. Son total de filets fut un record de l’histoire de la LNH pour un ailier droit jusqu’à la saison 1989-1990, lorsque Brett Hull a enfilé l’aiguille 72 fois; celui-ci a amélioré sa marque (86 buts) un an plus tard.

Sans trop de surprise, les Huileux ont soulevé la coupe au terme des séries 1985, Kurri accumulant 31 points durant le parcours des siens.

- Un seul trophée

Malgré ses belles statistiques ponctuées de six années d’au moins 100 points, Kurri n’a obtenu qu’un seul trophée individuel dans la LNH... le Lady-Byng, remis au joueur le plus gentilhomme de la campagne. Il faut dire qu’il n’était pas un habitué du cachot. Néanmoins, son plus grand nombre de minutes de punition pour une saison fut de 69 en 1988-1989.

- L’après-Gretzky

Ayant vu son comparse Gretzky échangé aux Kings le 9 août 1988, le Scandinave est demeuré à Edmonton jusqu’à la fin des séries 1990, durant lesquelles il a aidé Messier et le gardien Bill Ranford à vaincre les Bruins de Boston en finale. Par la suite, n’ayant plus de contrat valide, il a décidé de se joindre aux Devils de Milan, dans la ligue italienne A, même si ses droits appartenaient encore aux Oilers.

Kurri est resté en Europe pour une campagne de seulement 30 matchs, le temps d’amasser 27 buts et 48 aides pour 75 points. Puis, ses droits dans la LNH ont été refilés aux Flyers de Philadelphie et tout de suite après, aux Kings. Du même coup, il a retrouvé son ami Gretzky.

- À Los Angeles et ailleurs

En Californie, le duo Gretzky-Kurri n’a pas obtenu les mêmes succès qu’autrefois. Il a bien failli donner une coupe aux Kings en 1993, mais Patrick Roy et le Canadien de Montréal ont mis fin à son rêve en finale. Au bout du compte, Kurri est resté dans le giron des Rois jusqu’au 14 mars 1996, jour où il a été envoyé aux Rangers de New York en compagnie notamment de Marty McSorley, un autre joueur associé à l’ère Gretzky.

Au cours des deux dernières années de sa carrière, l’ailier a porté l’uniforme des Mighty Ducks d’Anaheim – en compagnie de son compatriote Teemu Selanne - et de l’Avalanche du Colorado, côtoyant ainsi Roy et Joe Sakic, entre autres. Cependant, il a été limité à 22 points en 70 sorties à Denver.