Crédit : John Taylor / Le Journal de Montreal

Canadiens de Montréal

La fois où Michel Bergeron et Jacques Lemaire ont fait la paix

La fois où Michel Bergeron et Jacques Lemaire ont fait la paix

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 18 mai
Mis à jour 18 mai

Michel Bergeron et Jacques Lemaire se sont détestés comme peu de gens se sont détestés dans l’histoire du hockey.    

Les deux entraîneurs-chef étaient les principaux artisans de la rivalité entre les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec dans les années 1980.      

D'ailleurs, la chaîne TVA Sports présentera à compter de ce soir, et chaque soir jusqu'à jeudi, la série de 1985 entre les deux équipes.   

Lemaire avait battu Bergeron en 1984, une victoire marquée par les événements du Vendredi Saint, et Bergeron avait eu raison de Lemaire en 1985.    

Il existait une haine profonde entre ces deux hommes de hockey.    

Ils ne jouaient pas la comédie. Oh que non! Ils se détestaient vraiment et ils en perdaient même le sommeil.    

Ce n’est pas compliqué, ils se détestaient tout le temps. Matin, midi et soir. Été comme hiver. Il n’y avait aucun répit.    

Lemaire trouvait que Bergeron était un entraîneur-chef de calibre junior alors que Bergeron avait une photo de Lemaire dans son bureau afin de lui rappeler à quel point il le détestait.    

Ensemble dans une publicité  

Alors que la rivalité Canadiens-Nordiques était à son paroxysme, la compagnie Coca-Cola a eu l’idée de réunir Bergeron et Lemaire dans une publicité, tel que m'a raconté l'ancien pilote des Fleurdelisés. 

Un représentant donna un coup de fil à l’entraîneur-chef des Nordiques:        

  • «Salut Michel. On aimerait faire une publicité avec toi.»    
  • «D’accord. Je t’écoute», dit Bergeron.    
  • «Mais il y a un hic. Ce serait avec Jacques Lemaire.»    
  • «Pas question. Je ne veux rien savoir de lui», répond Bergeron du tac au tac.        

Fin de la conversation.    

Jacques Lemaire tient le même discours.    

Le représentant attend quelques jours et il décide de rappeler Michel Bergeron.        

  • «Michel. Avant de raccrocher, laisse-moi te parler.»        

C’est à ce moment que le représentant parle du montant d’argent que la compagnie était prête à lui verser.    

Bergeron écarquille les yeux.        

  • «Finalement, tu sais quoi. Je l’haïs pas tant que ça Jacques Lemaire», a dit-il avec un sourire dans la voix qui était difficile à dissimuler.        

Même réponse du côté de Lemaire.    

Comme quoi que l’argent ne change pas le monde sauf que...    

Place au tournage  

Dans les semaines suivantes, les deux hommes étaient conviés à 6 heures du matin pour le tournage qui avait lieu à Montréal.    

Lemaire et Bergeron arrivent à l’heure et surtout face à face.    

Alors qu’il y a un malaise évident, Bergeron est le premier à parler:        

  • «Qu’est-ce que tu fais cet été?»    
  • «Je fais du bateau. Et toi?», avait répondu Lemaire.    
  • «Je joue au golf», avait dit Bergeron.        

Fin de la discussion.    

D’ailleurs, ce fut le seul échange entre les deux durant ce tournage.    

Le concept de la publicité voulait que les deux hommes soient debout un à côté de l’autre devant un comptoir. La tension est palpable sur le plateau de tournage. Bergeron et Lemaire se tiennent à distance, mais pour les besoins du tournage, il faut qu’ils soient très près l’un de l’autre.    

Un membre de l’équipe de réalisation lance alors haut et fort.        

  • «Pouvez-vous vous rapprocher?»        

Lemaire répond.        

  • «Voulez-vous qu’on boit dans la même paille?»        

Tout le monde avait bien ri.    

Cette publicité a marqué l’imaginaire dans les années 80 étant donné l’animosité qui existait entre Bergeron et Lemaire.    

Ce fut un franc succès.    

Voici d’ailleurs cette publicité qui mettait également en vedette la célèbre chanteuse Diane Dufresne.