MLS

Marc Dos Santos ne se fait pas d'illusions

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Whitecaps de Vancouver veut demeurer optimiste, mais il n’est pas dupe : il sait que le monde du soccer ne sera pas le même au cours des deux prochaines années. Et la MLS ne sera pas épargnée. 

«C’est un choc, a avoué l’ancien pilote de l’Impact de Montréal, dimanche, lors de l’émission La MLS cette semaine pilotée par Frédéric Lord. En Espagne, en ce moment, tu as trois équipes qui sont encore en santé : le FC Barcelone, le Real Madrid et l’Atletico. Après, ça commence à souffrir.  

«Dans notre réalité, la USL va souffrir, la CPL va souffrir, le marché des transferts va souffrir. Le joueur qui valait 100 millions $, maintenant il vaut 60 millions $. L’impact va être beaucoup plus grand que les gens le pensent.»  

Selon Dos Santos, les partisans ne seront pas forcément prêts à dépenser leur argent dans des billets dès que la situation permettra aux équipes de jouer à nouveau devant des spectateurs.  

«Je suis positif, mais il faut aussi être réaliste, a-t-il prévenu. Il faudra être patient pour ce qui est du sport professionnel.»  

Le circuit Garber se remettra toutefois de cette crise, estime l’instructeur québécois.  

«La MLS est ici pour rester, a-t-il affirmé. Les propriétaires sont forts.» 

Voyez l’entretien complet entre Marc Dos Santos et Frédéric Lord dans la vidéo ci-dessus.