SPO - DEBUT DU CAMP D'ENTRAINEMENT DE L'ARMADA DE LA LHJMQ

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Repêchage 2020 de la LNH

L'espoir québécois qui a gagné presque tous ses matchs

Publié | Mis à jour

Devon Levi souhaite devenir l’un des premiers gardiens québécois à graduer dans la LNH en passant par les rangs universitaires américains. Pour atteindre son objectif, l’athlète de 18 ans aimerait bien emprunter la même route qu’un certain Cayden Primeau. Entrevue avec cet espoir méconnu du prochain repêchage du circuit Bettman. 

Levi a connu une saison exceptionnelle avec les Canadians de Carleton Place dans la CCHL, un circuit junior A dans l’Est ontarien. En 37 parties, il a maintenu une fiche de 34-2-1 avec une moyenne de 1,47 et un taux d’efficacité de ,941, des sommets dans son circuit.  

De plus, il a gagné le titre de joueur par excellence du Défi mondial junior A qui s’est tenu en décembre dernier. Au terme de sa campagne avec les Canadians, ses statistiques lui ont permis d’être sacré joueur par excellence au Canada dans sa catégorie. 

Il est devenu le premier Québécois depuis Junior Lessard (saison 1999-2000) à mettre la main sur ce prix qui a déjà été remporté par Dany Heatley, Cale Makar, Tyson Jost et Kyle Turris. 

«C’est un honneur incroyable, indique Devon Levi au Journal de Montréal. Je suis très reconnaissant envers mes coéquipiers et mes entraîneurs.» 

«Après mon premier départ, j’ai donné confiance à mes coéquipiers. Ils ont senti que j’étais prêt à tout pour les aider à gagner des matchs. Je ne regardais pas mes statistiques.» 

Des similitudes avec Primeau 

À l’automne, il portera les couleurs des Huskies de l’Université Northeastern, l’école que Cayden Primeau a fréquentée pendant deux ans avant de s’amener avec l’organisation du Canadien. 

Les comparaisons entre les deux gardiens sont faciles à faire. Ils ont eu du succès à tous les niveaux avant de s’amener avec les Huskies. Selon certains observateurs, ils possèdent plusieurs points communs au niveau de leur personnalité. 

«Je vais tenter de suivre les traces de Cayden Primeau. À 18 ans, il avait été dominant avec les Huskies. Il représente maintenant le futur de l’organisation du Canadien. J’aimerais bien l’imiter. D’ailleurs, Cayden et moi, nous nous sommes parlé parce que j’avais des questions à lui poser au sujet de ses deux années avec les Huskies.» 

Levi est conscient du défi qui se présentera à lui la saison prochaine. Il a surtout hâte de croiser le fer avec les autres gardiens des Huskies qui seront tous plus âgés que lui. 

En attendant, il y a le repêchage de la LNH.Lors du dernier relevé de la centrale de recrutement, Levi était huitième chez les gardiens nord-américains. Une dizaine d’équipes ont démontré de l’intérêt à son endroit. 

«Ça me motive de prouver que le Québec peut encore produire de bons gardiens. Je veux créer ma propre route jusqu’à la LNH. Je veux démontrer qu’il est possible pour un gardien québécois d’y parvenir sans passer par la LHJMQ.» 

«Si une équipe de la LNH me sélectionne au prochain repêchage et décide de me donner une vraie chance, elle ne regrettera pas.» 

Aucun regret 

En 2017, après sa première saison avec les Lions du Lac St-Louis dans le midget AAA, Levi a été repêché par l’Armada de Blainville-Boisbriand. 

Le gardien s’est alors retrouvé devant un dilemme : jouer dans la LHJMQ ou tenter l’aventure de la NCAA ? Il est allé à deux camps de l’Armada tout en respectant les règlements du «48 hrs» à chaque occasion. 

Toutefois, le directeur général et entraîneur-chef de l’Armada à l’époque, Joël Bouchard, n’est pas parvenu à le convaincre. 

Au terme de son stage dans la Ligue midget AAA, Levi a pris la direction de l’Ontario pour jouer avec Carleton Place pour la saison 2019-2020. Une décision qu’il n’a pas regrettée. 

«Ce fut une décision difficile à prendre, mentionne Levi. À la fin, je voulais explorer la voie des collèges américains. C’est mon rêve depuis que je suis tout petit. Je vais pouvoir le réaliser l’an prochain et je suis super excité, » explique le natif de Dollard-des-Ormeaux.