Canadiens de Montréal

Le secret qui a révolutionné le hockey

Publié | Mis à jour

En 1986, quelque chose de très spécial est survenu lors de l’épopée des Canadiens de Montréal, menés par Patrick Roy. C’était le début d’une révolution quant à la façon de garder les buts.      

Michel Roy s’en souvient très bien. Son fils n’était qu’une recrue à l’époque.           

«La plupart des conquêtes, c’est comme un long voyage, a-t-il illustré, jeudi, à l’émission JiC. Ensuite, tout ce qui nous reste, ce sont des souvenirs. En 1986, il s’est passé quelque chose de plus. La conquête a eu un impact sur les gardiens de la Ligue nationale de hockey.»     

Tout cela est le fruit d'une collaboration entre Patrick Roy et l'entraîneur des gardiens François Allaire. Ce dernier n’a pas inventé le style papillon, contrairement au mythe, mais il est certainement celui qui l’aura peaufiné et rendu célèbre.      

Il faut comprendre qu’à l’époque, il n’était courant pour un gardien de miser sur un entraîneur personnel. Il n’y avait par ailleurs pas de plages de temps réservées aux cerbères lors des entraînements.      

Jean Perron, qui était alors le pilote des Canadiens, avait eu du flair avant le début des séries. Le gardien Steve Penney s’était blessé en fin de saison...      

«Il faut rendre hommage à Perron, a mentionné Michel Roy. Trois semaines avant les séries de 1986, il a dit à François [qui travaillait avec le club-école, établi à Sherbrooke] : "Tu t’en viens à Montréal, tu t’occupes de Patrick." Dans le plus grand secret, il lui a dit : "Tu prépares Patrick pour les séries." Personne ne le savait!»      

«Les vétérans ne croyaient pas en leurs chances. Il faut admirer le cran de Perron, car il y avait déjà 8 ou 9 recrues dans la formation. Lui-même était un entraîneur recrue et il décidait de commencer les séries avec un gardien recrue.»     

Ensemble, Roy et Allaire ont contribué à amener la technique de gardien, qui était alors plutôt brouillonne, à un autre niveau.      

«Une technique dont la forme la plus achevée est celle de Carey Price aujourd’hui, a rappelé le père de Patrick Roy. Price, dans les buts, a une technique parfaite. C’est fluide. Il peut glisser d’un côté à l’autre de son filet, c’est impeccable. Il fait toujours face au jeu.»     

Voyez l'entretien complet entre Michel Roy et Jean-Charles Lajoie dans la vidéo ci-dessus.