Crédit : Photo d'archives, Roger Gagnon

LHJMQ

Un espoir du CH à l'honneur dans la LHJMQ

Publié | Mis à jour

En attendant de savoir ce que l’avenir lui réserve dans l’organisation du Canadien de Montréal, Rafaël Harvey-Pinard s’est vu octroyer, mercredi, le trophée Marcel-Robert, qui rend hommage au joueur-étudiant de l’année dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

L’attaquant de 21 ans, qui a été sélectionné au septième tour par le Tricolore au plus récent repêchage de la Ligue nationale de hockey, n’est pas dupe: il sait que le sport professionnel n’est pas la seule avenue possible pour lui dans les prochaines années.    

«On attend de voir comment ça va se passer, a indiqué celui qui était le capitaine des Saguenéens de Chicoutimi cette saison, concernant les négociations entre son agent et l’organisation du CH. Mon objectif, c’est d’entamer ma carrière professionnelle au hockey, l’an prochain, tout en prenant des cours à distance à l’université en physiothérapie.» 

L’audacieuse mission n’est pourtant pas impossible. Harvey-Pinard cite comme exemple l’actuel joueur du Rocket de Laval, Alexandre Alain. Ce dernier a effectivement suivi différents cours à distance avec l’Université Laval durant la dernière saison de la Ligue américaine. S’il rentre un jour en médecine ou encore en physiothérapie, il sera déjà un peu avancé. 

Concrètement, Harvey-Pinard, qui a maintenu une moyenne de 92 % en sciences de la nature, a encore un cours à compléter, cet été, avec le Cégep Lionel-Groulx afin d’obtenir son diplôme d’études collégiales. Il pourra ensuite reluquer ses options pour l’université. 

Harvey-Pinard garde espoir 

Gardant le hockey au sommet de ses priorités, Harvey-Pinard s’entraîne fort pour être en mesure de se tailler une place avec le Rocket, sous les ordres de l’entraîneur-chef Joël Bouchard.

«Au niveau junior, j’ai joué contre lui quand il dirigeait l’Armada de Blainville-Boisbriand, mais je l’ai connu un peu plus au camp des recrues du Canadien, a noté Harvey-Pinard, à propos de Bouchard. C’est un entraîneur intense, qui est attentif aux détails. C’est un super bon entraîneur.»

Seul point inquiétant pour Harvey-Pinard: le Canadien a droit à un maximum de 50 joueurs avec un contrat. Difficile de savoir s’il y aura une place pour lui. On garde espoir. 

Dans son cas, le CH a aussi l'option de lui offrir un pacte d'un an, bon uniquement pour la Ligue américaine. 

C'est le scénario qui semble le plus probable. En plus de sa moyenne de 92 % à l’école, Harvey-Pinard a récolté 78 points, dont 34 buts, en 62 matchs avec les Saguenéens. 

Cela ne lui vaudra peut-être pas un contrat de la Ligue nationale, mais personne ne pourra jamais lui enlever la fierté d’avoir gagné le trophée Marcel-Robert, remis au joueur «qui concilie le mieux les performances sur la glace et les succès sur les bancs d’école». Là-dessus, Harvey-Pinard est dur à battre.