Baseball - MLB

MLB: un point majeur à régler

Publié | Mis à jour

Le syndicat des joueurs du baseball majeur est prêt à recommander à ses membres de reprendre l’action quand il sera possible de le faire, mais ses exigences demeurent fermes.

Le sujet a d'ailleurs été abordé mercredi matin à l'émission Salut Bonjour. Voyez l'analyse de Rodger Brulotte dans la vidéo ci-dessus.

D’après l’agent Scott Boras, qui représente les intérêts d’environ 100 athlètes des grandes ligues, ses clients sont disposés à mettre les pieds sur le terrain immédiatement et à disputer 124 matchs de saison régulière d’ici octobre s’il le faut. 

Toutefois, il y a une condition que les propriétaires doivent prendre note : les joueurs n’accepteront pas un dollar de moins que la rémunération au prorata des parties jouées sur laquelle ils se sont entendus avec la partie patronale à la fin mars.

Les concessions des majeures perdront beaucoup de revenus - possiblement 40 % de ce qu’elles touchent habituellement - si le calendrier régulier se déroule sans spectateurs dans les gradins et les athlètes ne veulent pas faire les frais de ce manque à gagner.

«Après cet accord, il est impossible de revenir en arrière en disant : bon, bien, je veux privatiser les gains et socialiser les pertes», a commenté Boras au quotidien USA Today.

Nœud à découdre

Or, il semble bien que la ligue et le syndicat devront trouver le moyen de régler leur différend, car il y en a véritablement un. Ainsi, le réseau MLB Network a rapporté que les propriétaires ont avisé l’Association des joueurs qu’ils ne paieront pas au prorata des matchs disputés. La même source a ajouté que les pertes seraient moindres s’il n’y a pas de saison du tout.

Les dirigeants du circuit préféreraient un partage des revenus, mais il n’est pas certain que ceci ait été proposé aux joueurs. Le directeur exécutif du syndicat, Tony Clark, a toutefois spécifié qu’il n’est pas question d’accepter cela, puisqu’il considère le tout comme un plafond salarial déguisé.

Lundi, les propriétaires se sont entendus sur un plan de relance des activités et une offre a été soumise par vidéoconférence au syndicat le lendemain. Par contre, les deux parties ont davantage discuté de sujets reliés à la sécurité et à la santé au cours de cet entretien, d’après divers médias, dont le quotidien New York Post.