JiC

«J'ai blessé Jean» - Serge Savard

Publié | Mis à jour

L’ancien directeur général des Canadiens de Montréal Serge Savard regrette «infiniment» d’avoir blessé Jean Perron.        

Lors d’une récente apparition à l’émission Dave Morissette en direct, le «Sénateur» avait affirmé que Perron n’était pas fait pour être un entraîneur-chef et qu’il avait erré en lui accordant une prolongation de contrat en 1986, après que le Tricolore eut raflé la coupe Stanley.                

Puis, lors d'un entretien avec Jean-Charles Lajoie, l’ancien entraîneur-chef du CH a souligné qu’il ne devait pas être si mauvais, car Savard a abordé avec lui la possibilité de prolonger à nouveau son contrat en 1988, au cours d’une séquence de 14 victoires de l’équipe. «Va falloir qu'on parle de ton nouveau contrat», aurait dit l'ancien DG à Perron lors d'un voyage en avion. 

Réagissant à la petite saga que cela a occasionnée, Savard a confié mercredi à Jean-Charles que Perron lui a lâché un coup de fil pour lui rappeler l’évènement mentionné ci-dessus.         

«Je ne m'en souviens pas, mais j’ai sûrement dit ça, a concédé Savard à propos de la suggestion d'un nouveau contrat alléguée par Perron. Le club allait pas mal bien à ce moment-là.»        

«J’ai blessé Jean, a-t-il ajouté. C’est une personne que j’aime beaucoup et qui ne mérite pas d’être blessée. [...] Si j'ai fait ça, je le regrette infiniment.»         

Le légendaire numéro 18 a exprimé son respect à l’endroit de l’ancien instructeur avant de revenir sur un épisode qui a eu lieu avant la conquête de 1986.         

«Jean a beaucoup de qualités, c’est un gros travaillant. C’est un gars qui a des connaissances de hockey et un homme que j’ai beaucoup apprécié. Si on a un problème majeur avec un instructeur, on dit qu'il a perdu la chambre. Souvent, les vétérans sont venus me voir et m’ont dit : "Jean a perdu la chambre"», a-t-il raconté.         

Savard avait alors fait comprendre à ses joueurs qu’il n’était pas question de changer d’entraîneur, et ceux-ci avaient saisi le message en rehaussant leur niveau de jeu.         

«Je leur ai dit : "Qu’est-ce que vous voulez faire? Est-ce que vous voulez jouer ou vous voulez arrêter de jouer?" Tout le monde s’est donné la main et s’est mis à jouer», s’est-il remémoré.         

Voyez l’entretien complet entre Serge Savard et Jean-Charles Lajoie dans la vidéo ci-dessus.