F1-AUTO-PRIX-ABU-DHABI-PRACTICE

Crédit : AFP

F1

Quel avenir pour Sebastian Vettel?

Louis Butcher

Publié | Mis à jour

Décrocher un volant chez Ferrari est le rêve de tout pilote de Formule 1, ce qu’a réalisé Sebastian Vettel après un parcours fructueux au sein de l’écurie Red Bull.

Mais cette association avec les Rouges, amorcée en 2015, n’a pas donné les résultats escomptés. Non sans surprise, Ferrari et Vettel ont confirmé mardi leur divorce au terme d’une saison 2020 qui tarde toujours à se mettre en branle, en raison de la COVID-19.

• À lire aussi: «Je veux dominer» - Cole Caufield

• À lire aussi: L’Arizona autorise la tenue d’événements sportifs

«Il n’y a pas de raison particulière qui a mené à cette décision, a déclaré le patron de l’écurie italienne, Mattia Binotto, par voie de communiqué. Nous avions toutefois la conviction commune que le temps était venu de nous séparer pour poursuivre chacun nos objectifs.»

Gaffes de part et d’autre

Il appert que les deux parties, selon plusieurs sources, ne s’entendaient pas sur la durée du contrat et surtout le salaire que l’employeur voulait revoir à la baisse.

Bon nombre d’observateurs diront que Vettel est arrivé chez la Scuderia à un mauvais moment, puisque la grande rivale Mercedes avait déjà entrepris une domination qui, depuis, n’a jamais été interrompue.

Si Ferrari a ses torts dans cette aventure, l’Allemand doit aussi être montré du doigt pour des comportements ces dernières années qui n’ont pas été dignes d’un quadruple champion du monde.

L’arrivée l’an dernier d’un jeune pilote très doué en Charles Leclerc, et qui a mené à quelques discussions musclées sur la piste avec son vétéran coéquipier, n’a certes pas aidé la situation.

La retraite?

Or, quel est l’avenir de Vettel en Formule 1 au terme de la saison? Cette question est pour l’instant sans réponse.

Le pilote de 32 ans avait mentionné à pareille date l’an dernier que le mot retraite n’était pas dans son vocabulaire. Mais dans le contexte actuel de la pandémie, qui lui a permis de se rapprocher de ses trois enfants, ses priorités auraient-elles peut-être changé?

On conviendra qu’il craint plus la fin du monde que la fin du mois.

Maintenant que le départ de Vettel est confirmé, la machine à rumeurs s’est emballée. Qui pourrait le remplacer en 2021?

Le candidat le plus sérieux serait, semble-t-il, Carlos Sainz fils. L’Espagnol de 25 ans a montré de belles qualités en F1 depuis son arrivée en 2015, mais sans réaliser de véritables coups d’éclat, si ce n’est un podium en 102 départs. Si Vettel choisit de poursuivre sa carrière, il pourrait prendre sa place chez McLaren.

Ricciardo et... Hamilton !

L’Australien Daniel Ricciardo est un autre prétendant au baquet convoité de Vettel. Encore là, Renault et Ferrari pourraient s’échanger leurs pilotes.

Puis, il y a cette histoire folle qui enverrait Lewis Hamilton lui succéder chez Ferrari. On veut bien croire que, comme Vettel, le sextuple champion du monde est en fin de contrat (son coéquipier Valtteri Bottas aussi), mais il s’agit de savoir s’il est vraiment tenté de quitter une organisation, Mercedes, qui lui a procuré cinq titres au cours des six dernières années.

En retour, Vettel, lui, s’imagine-t-on, accepterait volontiers de terminer sa carrière en portant les couleurs de la prestigieuse écurie allemande, comme l’a fait son idole et compatriote Michael Schumacher.