MLS

MLS: une reprise dans une seule ville?

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

La Bundesliga, en Allemagne, s’apprête à devenir la première ligue d’importance à présenter de nouveau des matchs après que la vague de COVID-19 ait déferlé sur l’Europe, mais qu’en est-il de la Major League Soccer (MLS)?

Il semble encore loin le jour où les équipes du circuit Garber recommenceront à en découdre sur les terrains.

Voyez les explications de Frédéric Lord, de passage à "Dave Morissette en direct", dans la vidéo ci-dessus. 

À LIRE AUSSI: Un avantage pour l’Impact?  

À LIRE AUSSI: Piette craintif à l'idée de revenir  

L’entraînement individuel est permis depuis une semaine, mais on est bien loin des séances en équipe quand on sait qu’une dizaine de formations sur 26, dont l’Impact de Montréal, n’ont pas encore rouvert les portes de leurs installations, en attente de l’approbation des autorités locales.

La MLS doit trouver une façon de sauver cette saison même si elle doit le faire derrière des portes closes, alors qu’une part importante des revenus des équipes provient des recettes liées aux matchs.

Quelques idées ont commencé à circuler, et parmi celles-ci il y en a une qui semble gagner du terrain et qui ressemble à une option qu’évalue aussi la NBA.

Selon ce que rapporte le «Washington Post», la MLS aurait proposé aux 26 clubs de se regrouper à Orlando, en Floride, pour y disputer un mini-tournoi à huis clos au ESPN Wide World of Sport Complex, qui appartient à Disney, et les matchs compteraient au classement. Une idée qu’étudierait aussi le circuit de basketball.

Quarantaine

Les joueurs, les entraîneurs et le personnel d’encadrement vivraient en quarantaine dans un des grands hôtels appartenant à Disney et tout le monde serait testé pour la COVID-19 sur une base régulière.

On peut imaginer que ce ne sont pas tous les joueurs qui seront chauds à cette idée puisqu’ils ne pourraient évidemment pas être accompagnés de leur famille en Floride.

Cette situation serait loin d’être idéale pour tout le monde, mais d’un point de vue sportif et organisationnel, elle tombe sous le sens puisque le site de Disney offre tous les services nécessaires pour que les équipes évoluent en vase clos.

Dans les bureaux de la ligue, on se prépare à une reprise éventuelle des activités. Officiellement, le moratoire sur l’entraînement en équipe doit se terminer vendredi.

Les activités de la ligue ont été suspendues le 12 mars après seulement deux semaines de compétition. Pour le moment, les matchs sont suspendus jusqu’au 8 juin, mais de façon réaliste, il faut regarder un horizon plus lointain.

Dès le début, le commissaire, Don Garber, a insisté sur le fait que son circuit était en mesure de disputer une saison complète de 34 parties puisque sa saison se termine désormais un mois plus tôt que par le passé.

Mais depuis un mois, le discours a changé et il parle plutôt de jouer le plus de matchs possible.

D’autres options

Voilà pourquoi la ligue analyse diverses possibilités qui lui permettraient de faire jouer plusieurs rencontres en peu de temps à toutes les équipes, en attendant que tout le monde puisse retourner évoluer à la maison.

La MLS considère aussi d’autres options, comme celle de choisir un certain nombre de villes où les équipes s’installeraient pour s’entraîner et disputer des matchs.

On n’écarte pas non plus la possibilité d’adopter une formule de tournoi un peu similaire à celle de la Coupe du monde, histoire de sauver la saison.

Ce scénario deviendrait intéressant si la ligue ne devait pouvoir reprendre ses activités qu’en septembre. Elle disposerait alors d’environ deux mois pour organiser un événement qui servirait de campagne.

La finale en 2021?

La ligue considère même la possibilité d’avoir une saison écourtée au cours de l’automne et du début de l’hiver et de présenter la Coupe MLS dans une ville du sud des États-Unis, au début de 2021.

Tout ça se déroule au moment même où la MLS et l’Association des joueurs sont en discussion pour trouver un terrain d’entente sur d’éventuelles coupes salariales. Il était question d’une réduction de 20 %.

Dire qu’en février, les deux entités en étaient venues à une entente de principe sur une nouvelle convention collective fort intéressante pour les deux parties. Celle-ci n’a toujours pas été ratifiée.