Stéphane Julien

Crédit : Photo d’archives, Didier Debusschère

LHJMQ

LHJMQ: et l’entraîneur de l’année est...

Publié | Mis à jour

Ayant mené le Phoenix de Sherbrooke au premier rang du classement général du circuit avant l’interruption de la saison, Stéphane Julien a reçu le trophée Ron-Lapointe, remis au meilleur entraîneur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), lundi.

Prenant les rênes de la formation de l’Estrie lors de la saison 2016-2017, l’homme de 46 ans a permis à l’équipe de gravir les échelons après avoir terminé sa première campagne au 17e et avant-dernier rang au classement.

En 2019-2020, le Phoenix a maintenu une fiche de 51-8-4 bonne pour une récolte de 106 points. L’équipe avait ainsi mis la main sur le championnat de la saison régulière, même si elle devait encore disputer cinq parties.

Mais comme tout instructeur qui se respecte, Julien a refusé de se mettre en scène, vantant plutôt le travail de ses collègues et de ses joueurs.

«Je suis très fier, a-t-il dit lors d’une vidéoconférence. Je pense que c’est un trophée d’équipe. Avec la saison qu’on a eue, les résultats étaient là, et je veux donner le crédit à l’organisation, aux joueurs et aux "coachs".»

«Je suis comme un chef d’orchestre. S’il manque un violon et les flûtes traversières, ce ne serait pas pareil!»

Déception

Le hockey junior repose habituellement sur des cycles au cours desquels un club se reconstruit pour arriver à maturité au cours des deux ou trois années suivantes. Ainsi, le Phoenix semblait en bonne posture pour remporter la coupe du Président et obtenir son billet pour la Coupe Memorial.

Cependant, tous ces rêves sont toutefois tombés à l’eau lorsque le reste de la saison de la Ligue canadienne de hockey (LCH) a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19.

«On a eu une déception, mais le point positif est que la saison était presque terminée. On n’a pas eu de doute du côté du hockey. Les résultats étaient bons, donc on en tire du positif. Mais malheureusement, on commence une saison pour gagner la coupe et les joueurs y croyaient.»

«Les joueurs ont eu des nominations et de beaux accomplissements. Il faut tirer du positif de ça.»