Hockey

«Je l’ai adoré comme joueur»

Publié | Mis à jour

Le Rocket de Laval peut maintenant dire adieu à la fin de la saison 2019-2020 et ses minces espoirs d’une participation aux séries.  

Si Gary Bettman garde l’espoir d’une relance des activités dans la LNH au cours de l’été ou même un peu plus tard, David Andrews, le président de la Ligue américaine, a confirmé, lundi matin, l’annulation de la saison et des séries de la Coupe Calder dans son circuit en raison de la pandémie de la COVID-19.    

Joël Bouchard, l’entraîneur en chef du Rocket, restait très serein par rapport à cette décision.  

«Je ne peux pas placer mon agenda personnel devant la crise actuelle, a répliqué Bouchard lors d’une très généreuse entrevue téléphonique avec les médias montréalais. Il y a des gens qui souffrent partout dans le monde et des tonnes de personnes qui sont touchés par ce virus. Je ne veux pas être égoïste. Il y a un aspect humain beaucoup plus important que le sport.»  

Voyez, en vidéo principale, l'analyse de Renaud Lavoie à JiC.

«À nos dix derniers matchs, nous étions une bonne équipe, nous avons arrêté après l’un de nos meilleurs matchs de l’année contre Belleville. C’était une victoire de 3 à 0. Nous aurions aimé nous battre pour une place en séries.»  

Le Rocket n’aura finalement jamais cette chance de remonter au classement. Au moment de l’interruption de la saison le 12 mars dernier, la bande à Bouchard se retrouvait au 6e rang de la division Nord, à quatre points des Devils de Binghamton qui occupaient la quatrième position et dernière place pour une présence en séries.  

Avec encore 14 matchs au calendrier et fort d’une séquence de quatre victoires d’affilée et huit gains à ses neuf dernières rencontres, le Rocket croyait en ses chances de participer aux séries pour une première fois à sa troisième année d’existence à Laval.  

«Je pense que peu d'équipes auraient voulu nous affronter en séries éliminatoires, a présumé Bouchard. Dans une division très compétitive, je me disais que je n’aimerais pas ça jouer contre nous autres. J'étais optimiste pour notre fin de saison.»  

De bons mots pour Kotkaniemi  

Dans un entretien encore plus long que trois périodes de hockey, Bouchard a parlé de l’avenir de l’organisation avec optimisme. Il a recyclé les mots de Marc Bergevin en disant que l’équipe se dirigeait dans le bon chemin en matière du développement de ses joueurs.  

L’ancien défenseur des Flames de Calgary et des Predators de Nashville s’est réjoui des progrès des Jake Evans, Cayden Primeau, Cale Fleury et Otto Leskinen notamment. Mais il a aussi décortiqué l’évolution des deux principaux espoirs du CH, Jesperi Kotkaniemi et Ryan Poehling.  

Malgré un renvoi dans la Ligue américaine à sa deuxième saison en Amérique du Nord, Bouchard croit toujours autant au potentiel de Kotkaniemi.  

«Il faut replacer des choses en contexte avec Jesperi, a rappelé Bouchard. Il s’est blessé en début de saison avec le Canadien. Quand tu as peu d’expérience, c’est parfois plus difficile de gérer une blessure.»  

«J’ai eu de bonnes discussions avec lui à son arrivée à Laval, a-t-il enchaîné. J’ai passé de longues minutes à regarder des vidéos à ses côtés. Quand je regardais des vidéos, je ne lui disais pas qu’il était beau, gentil et le meilleur. Je lui présentais des pistes de solutions pour voir des améliorations. Il avait une grande ouverte d’esprit. Je l’ai adoré comme joueur.»  

Avant de subir une sérieuse blessure à la rate le 6 mars contre les Monsters de Cleveland, Kotkaniemi avait eu le temps d’inscrire 13 points (un but, 12 passes) en 13 matchs.  

«Il est en santé, il a recommencé à s’entraîner, a précisé Bouchard. Il ne garde pas de séquelles de sa blessure. Il reprendra le hockey. Il a obtenu des acquis avec nous. Pour moi, c’était expérience agréable. J’avais un gars de talent, mais il ne pouvait pas juste faire ce qu’il voulait. Il suivait nos directives à 100%.»  

Poehling : une année importante  

Poehling, le choix de premier tour du CH en 2017, n’a pas défoncé la baraque à ses débuts avec le Rocket. Sur le strict plan des chiffres, l’Américain a connu une saison difficile avec 13 points (cinq buts, huit passes) en 36 matchs. À l’image de Kotkaniemi, Bouchard n’adhère pas à la théorie d’une saison décevante avec son autre centre.  

«Les attentes restent une chose, mais elles ne sont pas toujours les mêmes pour les médias que les organisations, a expliqué l’entraîneur au casque rouge. Ryan avait connu un premier match magique dans la LNH. Ce n’était pratiquement pas juste pour lui. Il sortait de la NCAA, il n’avait pas d’expérience chez les pros. Il n’avait pas gagné tous les trophées dans la NCAA. Nous savions qu’il y aurait un cheminement pour lui. Pour moi, Ryan a vécu une expérience qui n’a pas de prix. Il connait maintenant la réalité de la LAH et la LNH. Il a eu de bons moments et des moments difficiles. Ça fait partie d’une saison de recrue.»