UFC

«J'aurais défoncé des portes» - Georges St-Pierre

Publié | Mis à jour

Demandez à George St-Pierre qui est le meilleur combattant d’arts martiaux mixtes et il vous répondra que la réponse n’est pas Georges St-Pierre.    

«Je fais partie des meilleurs, mais d’autres méritent leur place», a-t-il humblement répondu à l’émission JiC à TVA Sports, lundi.    

Voyez l'entrevue de Georges St-Pierre à «JiC» dans la vidéo, ci-dessus.   

«C’est une opinion qui peut diverger et ça dépend ce que tu entends par "meilleur". Pour moi un athlète des arts martiaux mixtes est un artiste. Quelqu’un qui se comporte très bien, dans la vie de tous les jours aussi.»    

Celui qui sera intronisé au Temple de la renommée de l’Ultimate Fighting Championship ne s'est pas battu depuis 2017 même s'il était encore au sommet de son art. Il a conclu sa brillante carrière avec une séquence de 13 victoires de suite entre 2007 et 2017.

Pas d’amertume envers Dana White    

«Rush» est sans contredit un des athlètes les plus prolifiques du sport qui l’a rendu célèbre. Mais le pugiliste de Saint-Isidore ne l’a pas eu facile à la fin de sa carrière.     

Aux prises avec des problèmes de santé, il a aussi été à couteaux tirés avec le président du circuit, Dana White, envers qui il dit n’éprouver aucune amertume.    

«Que du bonheur. Il n’y a rien de personnel entre moi et Dana», assure-t-il. Nous entretenons une relation amicale. On est des amis.»    

Rappelons que ce dernier avait dit que de St-Pierre n’aurait pas dû être déclaré vainqueur contre Johny Hendricks en 2013, après le choc. Puis il a refusé de mandater un combat entre St-Pierre et le champion Khabib Nurmagomedov, même si les deux athlètes avaient accepté de croiser le fer vers la fin de la carrière du Québécois.     

«Le sport des arts martiaux mixtes, c’est comme ça. Lorsqu’on négocie, on le fait avec beaucoup d’émotions. La nature du sport est comme ça.    

«Il n’y a personne de l’organisation envers qui j’ai des sentiments négatifs. J’aime tout le monde. Je souhaite la meilleure des chances à tous.»    

Un risque à éviter «en ce moment»    

Avec le recul, St-Pierre dit s’identifier à plusieurs jeunes combattants qui veulent grimper et qui aspirent à un titre, même si cela inclut de se battre en pleine pandémie de virus. Il dit qu’il aurait lui-même tout fait pour atteindre son but à ses débuts.    

«J’aurais fait n’importe quoi, insiste-t-il. J’aurais défoncé des portes, même s’il y en avait une d’ouverte. J’aurais été prêt à faire n’importe quoi à l’époque.     

«Par contre, les temps ont changé. Je comprends les combattants de s’être battus sur la carte. La plupart veulent aller au sommet. Ça ne veut pas dire que c’est la bonne chose à faire, mais ce l’est pour eux.    

«S’ils ne le font pas, d’autres le feront. C’est un risque que moi je n’aurais pas pris en ce moment.»    

St-Pierre a terminé sa carrière dans l’UFC avec une fiche impressionnante de 20-2.