Crédit : AFP

NFL

«Ce serait une faute professionnelle en médecine»

Publié | Mis à jour

Il serait possible pour la NFL d’amorcer sa prochaine saison comme prévu cet automne, mais le circuit devra le faire avec l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête, puisque quelques cas de COVID-19 pourraient tout chambouler. 

C’est ce que le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national de l’allergie et des maladies infectieuses des États-Unis, a avancé au réseau NBC Sports, samedi. La figure de proue de la santé publique des États-Unis croit que les équipes pourraient s’en sortir avec un cas isolé, mais que plusieurs cas au sein d’une même formation signifieraient inexorablement une propagation plus large dans le groupe.  

«Il y aurait un problème. Vous savez pourquoi? Parce qu’il est plausible que si quatre joueurs sont déclarés positifs et qu’ils traînent avec d’autres joueurs, ces derniers soient également infectés. Une fois que vous vous retrouvez avec une situation où il semble que [la maladie] se propage au sein d’une équipe, vous avez un vrai problème. Il faudrait [mettre l’équipe en quarantaine pour 14 jours]», a avancé le médecin. 

«Ce serait une faute professionnelle en médecine de leur permettre d’aller sur le terrain», a-t-il ajouté. 

Une question de tests 

Évidemment, une reprise des activités dans les principales ligues sportives nord-américaines dépendra de la capacité à tester les athlètes et tous les gens qui seront à proximité de l’action. Le réseau NBC estime qu’il faudrait effectuer 200 000 tests – si on vérifiait les gens de la NFL deux fois par semaine – pour toute une saison. 

Un nombre qui est actuellement impossible à atteindre et qui ne pourrait être possible si la technologie de détection des anticorps n'est pas disponible en grande quantité. 

«Vous pourriez ainsi tester des millions et des millions de personnes. Mais vous devez vous assurer que les compagnies qui conçoivent ce genre de test les produisent vraiment.» 

Somme toute, ces tests permettraient d’identifier les joueurs touchés par le coronavirus et de les mettre à l’écart, mais il serait malgré tout impossible d’avoir un niveau de risque nul. 

«Le virus prendra la décision pour nous», a conclu le Dr Fauci.