SPO-HOCKEY-NORDIQUES

Crédit : PHOTO D'ARCHIVES/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

LNH

Un retour des Nordiques favorisé par la pandémie?

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Selon Pierre Karl Péladeau, la crise du coronavirus pourrait permettre d’établir les bases du retour d’une équipe de hockey professionnelle à Québec, où les Nordiques ont disputé leur dernier match dans la Ligue nationale de hockey (LNH) en 1995 avant de déménager au Colorado.

En entrevue à Radio X vendredi, le président et chef de la direction de Québecor a déclaré que la pandémie actuelle pouvait servir d’opportunité afin de capter l’attention des dirigeants de la LNH. M. Péladeau croit que le système de péréquation de la ligue, qui fournit un soutien financer aux équipes moins riches du circuit, risque de devenir désuet.

Un partenaire avec les reins solides comme Québecor, qui est d’ailleurs le gestionnaire du Centre Vidéotron de Québec, serait intéressant pour la ligue, croit-il.

«Il y a un système de péréquation qui peut permettre à un certain nombre d’équipes en situation financière difficile d’être alimentées par ce système-là. Mais si, compte tenu des circonstances, ce système fonctionne moins bien qu’il fonctionnait, est-ce qu’il faut revoir le plan d’affaires?»

«Si c’était chambranlant le plan d’affaires, je me dirais peut-être que les dirigeants de la ligue ont des raisons de douter. Mais dans les circonstances que nous connaissons, avec les outils, les actifs et les avantages dont dispose Québecor, honnêtement, j’ai de la difficulté à dire ce qui nous manque pour réussir», a-t-il assuré.

En plus de l’amphithéâtre déjà construit, le groupe Québecor compte également sur son propre réseau sportif en TVA Sports, tout en étant impliqué activement dans la communauté sportive de la province.

Une opportunité pour tous

Au-delà des portes ouvertes par la pandémie dans ce dossier, l’homme d’affaires de 58 ans est d’avis que la candidature de Québec est une opportunité.

«On peut légitimement penser que les circonstances actuelles peuvent changer le scénario, a-t-il poursuivi. C’est une opportunité pour Québec et une opportunité pour la ligue.»

L’occasion serait également belle de raviver l’explosive rivalité entre les Nordiques et le Canadien de Montréal. Non seulement le sport en profiterait-il, mais l’économie aussi, grâce à un nouveau partenariat solide.

Si la crise devait se poursuivre, quelques équipes pourraient se retrouver en difficulté financière, mais aucune concession n’a montré de signe d’affaiblissement lors des dernières années, alors que la ligue est plus riche que jamais.

L’absence des partisans pourrait toutefois commencer à peser lourd, puisque les équipes de la LNH comptent davantage sur la vente de billets que les autres grandes ligues d’Amérique du Nord, les ententes télévisuelles étant moins payantes.