F1

Un héros qu’on n’oubliera pas de sitôt

Publié | Mis à jour

Il y a 38 ans ce vendredi, le Québec perdait l’un des plus grands héros sportifs de son histoire alors que le coureur automobile Gilles Villeneuve mourrait dans un accident survenu lors des qualifications du Grand Prix de Belgique de Formule 1. 

Encore aujourd’hui, la mémoire du pilote, pourtant jamais devenu champion du monde, est célébrée aux quatre coins de la planète parmi les amateurs de course qui reconnaissent toujours, plusieurs décennies après sa disparition, le talent et le panache exceptionnels que le Québécois avait.  

Le chroniqueur et journaliste Réjean Tremblay garde de nombreux souvenirs de la carrière du spectaculaire coureur. Sa mort, ainsi que ses funérailles à Berthierville, restent également ancrées dans sa mémoire. 

«J'ai su qu'on entrait dans la légende à l'église de Berthier», s’est-il rappelé, en entrevue à «JiC». 

Le premier ministre du Québec, René Lévesque, et celui du Canada, Pierre Elliott Trudeau, étaient notamment présents. 

«À la sortie de l'église, je n'ai jamais oublié... Joann Villeneuve (l’épouse de Gilles) était complètement médicamentée, brûlée de fatigue et de douleur, et c'est Pierre Elliott Trudeau qui a pris le bras de la veuve, a rappelé le journaliste. Le lendemain, ça avait fait tous les journaux, toutes les télés du monde, littéralement.» 

«L'image était tellement forte que dans le fond de moi-même, je me disais que dans 50 ans, on va s'en rappeler, a-t-il ajouté. Il reste encore 12 ans, on va voir, mais ça fait 38 ans et on n'a pas oublié.» 

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus.