Crédit : AFP

Impact de Montréal

«On n’a pas l’autorisation de la Ville»

Publié | Mis à jour

La Major League Soccer (MLS) est devenue la première ligue nord-américaine à permettre à ses joueurs de reprendre une certaine forme d’entraînement, mercredi, mais le retour a été modeste.

Seulement quatre équipes, soit l’Atlanta United FC, l’Orlando City SC, le Sporting de Kansas City et l’Inter Miami FC, ont accueilli des joueurs à leur centre d’entraînement respectif. Le Dynamo de Houston doit aussi recevoir des joueurs à compter de jeudi.

Les 22 autres équipes, dont l’Impact de Montréal, vont attendre encore quelques jours avant d’ouvrir leurs installations pour des séances de remise en forme individuelle, certaines équipes n’ayant tout simplement pas encore obtenu l’autorisation de rouvrir leurs installations selon ce qu’on a appris, même s’il a été impossible d’obtenir une confirmation de la part de la ligue.

Mercredi matin, c’était le calme plat devant le Centre Nutrilait. Les quatre terrains étaient vides, la rue et le stationnement étaient déserts, on n’a vu qu’un employé s’occuper du terrain devant le centre d’entraînement de l’Impact qui n’a pas accueilli de joueurs depuis le 12 mars, date où la MLS a mis ses activités sur pause.

L’Impact attend

Dans le camp de l’Impact, on espère accueillir les premiers joueurs au Centre Nutrilait lundi, mais rien n’est moins sûr pour le moment.

«Dans le protocole imposé par la ligue, il faut avoir l’autorisation gouvernementale et municipale et, pour le moment, on n’a pas l’autorisation de la Ville et on n’a pas de réponse», a expliqué le directeur des communications Patrick Vallée.

«Tant qu’on n’a pas l’autorisation, on ne peut pas avoir l’approbation finale de la MLS. Pour le reste, on est prêts. Le protocole sanitaire est en place.»

Le directeur des communications de la Ville de Montréal, Youseff Amane, a laissé savoir en soirée que la demande de l’Impact était toujours à l’étude.

«Une décision sera rendue bientôt. Rappelons que les plateaux sportifs de la ville ont été fermés au début de la pandémie afin d’éviter les risques de propagation de la COVID-19», a-t-il indiqué dans un courriel.

Base volontaire

Il faut préciser que les joueurs peuvent utiliser les centres d’entraînement des équipes pour des entraînements individuels de remise en forme et que leur présence se fait sur une base strictement volontaire.

Rappelons que le moratoire sur l’entraînement imposé par la ligue a cours jusqu’au 15 mai inclusivement. Ce moratoire s’applique aux entraînements en petits groupes et en équipe.

Dans une vidéo disponible sur son site web, la MLS explique les diverses mesures mises en place pour veiller à la sécurité des joueurs. Ceux-ci ont donc des espaces de stationnement désignés et doivent attendre dans leur véhicule qu’on leur fasse signe pour aller vers une station sanitaire où on prend leur température et où ils doivent se désinfecter les mains.

Tout au long de ces procédures, tout le monde porte un masque et une fois sur le terrain, chaque joueur se voit assigner un espace d’entraînement puisque chaque terrain est divisé en quadrants qui sont séparés par un corridor sanitaire de deux mètres de large. Et les joueurs doivent enfiler leurs chaussures sur le bord du terrain puisque l’accès à l’enceinte intérieure du centre d’entraînement leur est interdit.

Processus

Luis Robles, qui est gardien de l’Inter Miami FC a expliqué que le processus pour reprendre l’entraînement a été long, mais nécessaire.

«Il y a eu beaucoup de discussions entre la ligue et les autorités locales. J’estime que le circuit a été très méticuleux malgré la longueur du processus.»

L’ancien des Red Bulls de New York se dit reconnaissant de pouvoir retrouver ses coéquipiers, même si c’est à distance.

«Nous avons maintenant un environnement sécuritaire pour nous entraîner et nous pouvons voir nos coéquipiers avec une certaine distance.

«Tous les parcs sont fermés dans le sud de la Floride, on était à la recherche d’endroit où courir, ça fait du bien de trouver un endroit où l’on peut s’entraîner librement.»