Canadiens de Montréal

Un repêchage qui risque de déplaire aux partisans du CH

Publié | Mis à jour

La possible tenue du repêchage amateur de la Ligue nationale de hockey (LNH) avant la fin de la saison et des séries pourrait représenter une mauvaise nouvelle pour le Canadien de Montréal.   

Vendredi dernier, le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, avait fait parvenir un mémo aux 31 formations signifiant que le circuit planifiait de tenir le repêchage 2020 dans la première semaine de juin.       

Déjà, le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, aurait possiblement des difficultés à composer avec le dénouement des éliminatoires qui demeurerait en suspens avant la séance; il risquerait d’être pris avec ses 14 sélections et ne pourrait pas se servir de quelques-unes d’entre elles pour améliorer son effectif, plusieurs équipes de pointe ne voulant pas transiger afin de garder leurs meilleurs éléments pour les prochaines séries.   

Toutefois, l’impossibilité assurée de repêcher au premier rang est aussi de nature à rendre Bergevin et les membres de la direction du Canadien plutôt maussades.    

D’après le mémo en question, la loterie – beaucoup plus expéditive comparativement aux années précédentes – permettra uniquement aux cinq dernières formations du classement général actuel d’avoir une chance de parler en premier et de mettre la main sur Alexis Lafrenière, pressenti pour être le choix numéro 1 de l’encan.   

En se fiant au classement inversé de la campagne interrompue le 12 mars, le CH occupe le huitième rang de l’ordre du repêchage.    

Étant donné qu’une formation pourrait grimper au maximum de quatre échelons, cela ruine les chances du Bleu-Blanc-Rouge et des clubs situés sous la cinquième place de gagner le derby Lafrenière.   

Par ailleurs, selon le plan de la LNH, une équipe ne pourrait descendre plus bas qu’un rang.   

Crédit photo : Dave Abel / Toronto SUN

Le prodige au Michigan?   

Évidemment, les Red Wings de Detroit auraient les probabilités les plus élevées, surtout en vertu des contraintes qui risquent d’être mises en place.    

Avec une seule boule à piger durant la loterie, l’organisation du DG Steve Yzerman aurait 57 % des probabilités de choisir en premier et 43 % de se prononcer au deuxième échelon, d’après un tableau mathématique préparé par le réseau TSN.    

Selon le format précédent, qui prévoyait trois tirages au lieu d’un seul, les Wings auraient pu chuter jusqu’à la quatrième place et leurs probabilités d’empocher le premier choix étaient de 19 %.   

Même s’ils détiennent la sélection des Sharks de San Jose, derniers de l’Association de l’Ouest à l’arrêt des activités, les Sénateurs d’Ottawa risqueraient de se contenter des rangs 2 à 4.    

Crédit photo : AFP

Avec leur sélection, ils posséderaient 14 % d’obtenir le choix 1, tandis qu’avec celle des Requins, ce pourcentage est de 12 %.   

Les Kings de Los Angeles (10 %) et les Ducks d’Anaheim (9 %) sont les seules autres équipes pouvant espérer toucher le gros lot si le plan du mémo est adopté.   

Pour revenir au Canadien, s’il en venait à remporter la loterie – scénario ayant 6 % de chances de survenir -, il se hisserait au quatrième échelon de l’ordre. Dans le cas contraire, il choisirait huitième ou neuvième.    

Les chances qu’il conserve son rang de sélection seraient de 80 %.