Crédit : ATP/WENN.com

Boxe

George Foreman voulait que Muhammad Ali arrête

Publié | Mis à jour

Le combat entre Muhammad Ali et Larry Holmes, en octobre 1980, était sans contredit le rendez-vous le plus triste de la carrière de l’ancien champion des poids lourds.

Mais un de ses plus grands rivaux voulait qu’il se ravise et annule le choc. 

Dans une entrevue avec World Boxing News, George Foreman, qu’Ali avait battu six ans plus tôt au Zaïre (maintenant la République démocratique du Congo), dit avoir eu une discussion avec son adversaire du «Rumble in the Jungle» pour lui dire de ne pas affronter Holmes, champion WBC de l’époque.

Ali était sorti d’une courte retraite de huit mois pour se mesurer à son ancien partenaire d’entraînement au Caesars Palace de Las Vegas, une bourse qui allait lui rapporter 8 millions $.

«Nous avons beaucoup parlé, a raconté Foreman. Je lui ai dit ‘ne fais pas ça, champion’. Muhammad adorait sa famille. Il voulait avoir de l’argent de côté. Il n’est pas différent de chacun de nous. Il avait besoin d’une deuxième profession.»

Le soir du 2 octobre, Ali n’était plus que l’ombre de lui-même. Holmes a dominé chacun des 10 rounds sous le regard de deux milliards de téléspectateurs décontenancés. L’ancien héros était bel et bien déchu.

Dans le vestiaire après sa huitième défense de titre, Holmes pleurait au micro du mythique descripteur Howard Cosell. Il ne pouvait pas croire la fade performance qu’Ali venait de livrer.

Trois fois champion, la légende du Kentucky a affronté Trevor Berbick an plus tard avant d’accrocher ses gants pour de bon.