LNH

Yanni Gourde, conjoint modèle

Publié | Mis à jour

Confiné à la maison en raison de la pandémie de COVID-19, l’attaquant du Lightning de Tampa Bay profite de ses temps libres pour effectuer quelques travaux à la maison, lui qui a beaucoup appris de son oncle ébéniste lors de son adolescence.  

Ainsi, l’attaquant québécois consacre au moins une heure par jour à différentes demandes de sa conjointe pour améliorer le domicile familial.  

À lire aussi: LNH: la quarantaine pour les joueurs, selon Justin Trudeau  

À lire aussi: Canadiens-Nordiques: une barrière linguistique divisait les Bleus  

«Pendant l'heure de la journée que je passe à faire des travaux, je ne pense à rien d'autre, a-t-il expliqué dans une entrevue accordée récemment au site officiel du Lightning. C'est bon de se changer les idées, de ne pas penser à la situation actuelle et à l'incertitude à laquelle nous sommes tous confrontés.»  

«C'est vraiment amusant. J'aime faire ça. C'est gratifiant de faire quelque chose par soi-même. On a le sentiment d'avoir accompli quelque chose.»  

Parmi ses réalisations, l’une d’entre elles, soit la construction d’un mur d’appoint, le rend particulièrement fier. «C'est une courte pointe de planches sur le mur. Je les ai toutes coupées, assemblées, placées et clouées sur le mur. Après ça, j'ai tout peint. Ç'a l'air plutôt bien.»  

Optimiste  

Si l’interruption des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH) lui permet de passer plus de temps à la maison avec sa conjointe et sa fille, Gourde ne cache évidemment pas qu’il a hâte de retrouver sa première passion.   

Il se dit d’ailleurs optimiste quant à une éventuelle reprise de la saison.  

D’ici là, le joueur de centre de 28 ans fait tout ce qu’il peut pour être prêt s’il reçoit l’appel tant attendu.  

«Je fais beaucoup de course à pied, a-t-il dit. J'ai ramené de l'aréna des trucs qui me permettent de garder la forme. Je m'entraîne essentiellement tous les jours ou tous les deux jours.   

«Je m'impose une bonne séance d'entraînement avant d'aller courir. C'est difficile de gérer l'inconnu parce que nous ne savons pas à quel moment nous pourrions être de retour. C'est le plus grand défi.»