Canadiens c Bruins

Crédit : Pierre-Paul Poulin / JdeM

LNH

Halak préférait demeurer à Boston

Publié | Mis à jour

Quand on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, vaut mieux assurer ses arrières. C’est dans cette optique que Jaroslav Halak a accepté, vendredi, de prolonger d’une saison son association avec les Bruins de Boston.

Rendu disponible par le biais d’une vidéoconférence, le gardien de but slovaque a expliqué qu’en raison de l’incertitude qui plane sur l’actuelle saison de la Ligue nationale de hockey (LNH) et sur la prochaine, tester le marché des joueurs autonomes n’était pas un risque qu’il souhaitait prendre.

«La situation dans laquelle nous nous trouvons m’a fait réfléchir beaucoup. Je vieillis, j’ai une famille, deux enfants. En plus, j’aime l’équipe, mes coéquipiers, la ville et les partisans. Donc, la décision n’a pas été difficile à prendre», a indiqué Halak, se trouvant toujours dans la région de Boston.

Nombreux sont ceux qui, à Montréal, auraient souhaité le retour de Halak dans l’uniforme du Canadien. Avec raison, celui que le Tricolore avait sélectionné au 9e tour de l’encan de 2003 se veut un gardien auxiliaire de choix.

En 71 matchs au cours de ses deux saisons dans l’uniforme des Bruins, il a conservé un dossier de 40-17-10, une moyenne de buts alloués de 2,36 et un taux d’efficacité de ,921. Au cours de la même période, les quatre substituts de Carey Price ont compilé une faible fiche de 13-12-5. Leur moyenne de buts alloués combinée se situe à 3,72 et leur taux d’efficacité indique ,888.

Mais, à la lumière des propos du gardien de 34 ans, il aurait été surprenant qu’il s’intéresse à une offre du Tricolore. La philosophie des Bruins lui plait.

«Je déteste perdre. C’est le cas depuis que je suis enfant. Avec cette équipe, nous avons une chance de gagner tous les soirs. Gagner la coupe Stanley est l’objectif de tous les membres de cette organisation. Elle est prête à tout faire pour y arriver», a-t-il soutenu.

Quand on sait que celle du Tricolore est de se qualifier pour les séries éliminatoires, parce que, par la suite, «tout peut arriver», on comprend que les philosophies n’auraient pas été compatibles.

Gagnant-gagnant

D’ailleurs, pour démontrer son intérêt à demeurer au sein d’une équipe qui aspire aux grands honneurs, Halak a accepté une légère diminution de salaire. L’entente qui viendra à échéance à la fin de la présente campagne lui aura rapporté 2,75 M$ par saison. Son prochain contrat prévoit un salaire de 2,25 M$.

Bon. Il touchera un boni de 1,25 M$ s’il dispute au moins 10 matchs. N’empêche, Don Sweeney a apprécié le geste. D’autant plus que, s’il est atteint, le boni ne sera applicable sur la masse salariale de l’équipe que la saison suivante.

«Jaro et Allan Walsh (l’agent du gardien) ont travaillé fort avec nous pour nous permettre d’avoir un peu plus de flexibilité», a raconté Sweeney, également par vidéoconférence.

Déjà accotés au plafond salarial, les Bruins devront également renégocier les ententes de Joakim Nordstrom. Jake DeBrusk, Anders Bjork ainsi que celles des défenseurs Torey Krug, Matt Grzelcyk et, peut-être, de Zdeno Chara.

Un calendrier compressé

Il s’agit d’une situation où les deux parties sont gagnantes. Grâce à l’apport d’Halak, les Bruins peuvent attaquer les séries éliminatoires avec un gardien numéro un frais et dispo. Une stratégie qui a fait ses preuves lors du parcours du printemps 2019 qui les a menés jusqu’en finale de la coupe Stanley.

«Tout le monde sait qu’il nous reste du travail à accomplir. D’ailleurs, j’espère qu’on pourra reprendre la saison pour finir ce qu’on a commencé», a indiqué Halak, rappelant par le fait même que les Bruins trônaient au sommet du classement général au moment de la suspension de la saison.

Sans compter que pouvoir miser sur deux gardiens d’expérience fiables sera un atout important dans une saison 2020-2021 qui risque d’être des plus compressées.

«C’est une situation au cours de laquelle nous aurons besoin de deux gardiens. Surtout en cas de blessure, a soutenu Sweeney. Et, au cours des dernières saisons, Jaro a prouvé qu’il pouvait s’acquitter de sa tâche dans toutes les situations.»

Halak n’est plus sur la liste des gardiens disponibles. Toutefois, parmi ceux qui pourraient devenir joueurs autonomes à la fin de la présente campagne, on note les noms de Braden Holtby, Jacob Markstrom, Corey Crawford, Robin Lehner, Matt Murray, Cam Talbot, Thomas Greiss, Brian Elliott, Louis Domingue et Anton Khudobin.