Groulx

Crédit : COURTOISIE

LHJMQ

Benoit-Olivier Groulx, le meilleur de sa catégorie

Publié | Mis à jour

Le joueur des Wildcats de Moncton Benoit-Olivier Groulx est le récipiendaire du trophée Guy Carbonneau pour la saison 2019-2020 de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

L'attaquant de 20 ans a obtenu la distinction, vendredi. Celle-ci est remise annuellement au meilleur attaquant défensif du circuit Courteau.

«C’est une belle reconnaissance. Je travaille sur mon jeu défensif depuis que je suis tout petit», a indiqué Groulx lors d’une vidéoconférence organisée par la LHJMQ.

Le joueur de centre a toutefois tenu à préciser qu’il n’est pas devenu un patineur fiable dans son territoire uniquement par lui-même.

«Dans ma carrière, il y a beaucoup d’entraîneurs qui m’ont placé dans des situations favorables et qui m’ont aidé à améliorer mon jeu défensif, s’est-il souvenu. Je pense que cela m’a beaucoup aidé. C’est grâce à eux que j’ai remporté ce trophée.»

En 2019-2020, Groulx a porté les couleurs des Wildcats et des Mooseheads de Halifax. Il a amassé 29 buts et 49 mentions d’aide pour 78 points en 55 parties. Il a également maintenu un différentiel de +20.

Place aux professionnels

Ayant complété son parcours junior, Groulx devra dorénavant démontrer qu’il est en mesure d’être aussi bon défensivement chez les professionnels.

Le natif de Rouen en France a été un choix de deuxième tour (54e au total) des Ducks d’Anaheim au repêchage de 2018. L’an dernier au camp d’entraînement de la formation de la Californie, il avait été l’un des derniers joueurs à être victime du couperet. En 2020-2021, Groulx veut s’assurer de faire une aussi bonne, sinon meilleure impression.

«J’ai un gros été qui m’attend. Nous sommes toujours dans l’inconnu, mais j’y vais une journée à la fois, a-t-il dit en référence à la pause des activités dans la LNH en raison du coronavirus. Je m’entraîne tous les jours pour devenir meilleur.»

«Je ne sais pas ce qui va se produire au camp d’entraînement ou même quand sera le camp d’entraînement, mais je sais que je vais être prêt.»

Les conseils de ses compatriotes

Afin d’être mûr pour la prochaine étape, Groulx a demandé des conseils aux nombreux Québécois qui œuvrent dans l’organisation des Ducks, des gars comme Antoine Morand, Maxime Comtois, Simon Benoit et Alex Dostie.

«Ils m’ont dit que la plus grande différence c’est la vitesse du jeu et que cela leur a pris quelques semaines avant de s’habituer, a révélé Groulx. Les gars sont plus vieux, plus gros et plus forts, mais je crois qu’il s’agit simplement d’un état d’esprit qu’il faut que tu développes au début de la saison. Il ne faut pas être intimidé par les plus vieux.»