Crédit : Photo d'archives, AFP

Baseball - MLB

«Il n’y aura pas d’astérisque»

Publié | Mis à jour

Pour le gérant des Dodgers de Los Angeles, Dave Roberts, un championnat ne perd pas sa pertinence même s’il est remporté au terme d’une saison écourtée. 

Ces temps-ci, les ligues sportives professionnelles tentent de trouver des solutions pour bien redémarrer la machine après la crise du coronavirus et surtout, préparer un calendrier convenant à tous. Au baseball, le commissaire Rob Manfred planchent sur divers scénarios. Entre autres, le réseau ESPN a avancé que le circuit pourrait amorcer la saison régulière en juillet, de sorte que les éliminatoires commenceraient en novembre.  

Cependant, peu importe le plan qui sera adopté par les grandes ligues, Roberts n’y voit pas de problème. Les prochains champions de la Série mondiale auront mérité leur titre, lui qui a vu les Astros de Houston (2017) et les Red Sox de Boston (2018) - deux organisations éclaboussées par des cas de vols de signaux - enlever les grands honneurs contre sa troupe au tour ultime. 

«Il n’y aura pas d’astérisque à côté de leur nom, a-t-il déclaré au quotidien USA Today. Quand vous regardez tous les obstacles à franchir, la nécessité de garder votre club uni émotionnellement et tout ce que les joueurs font différemment pour planifier la saison, vous pouvez dire que c’est davantage significatif que de simplement traverser les huit mois habituels d’une campagne.» 

«Franchir la ligne d’arrivée et être l’équipe au sommet qui met la main sur le trophée sera aussi satisfaisant qu’en temps normal, sachant tout ce qu’il a fallu surmonter», a-t-il ajouté. 

Des calendiers écourtés 

Le baseball majeur a déjà eu à composer avec des calendriers écourtés. En 1981, une grève des joueurs avait forcé les autorités à séparer en deux parties la saison; les Expos de Montréal s’étaient d’ailleurs qualifiés pour les séries cette année-là. 

Après une autre grève ayant ruiné la fin de la campagne précédente, les grandes ligues avaient entamé la saison 1995 avec quelques semaines de retard, soit à la fin avril. Chaque formation avait joué 144 rencontres avant les éliminatoires.