Crédit : Photo Agence QMI, Joël Lemay

Football universitaire RSEQ

McGill en bonne position

Publié | Mis à jour

McGill possède de loin son meilleur groupe de joueurs admissibles au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) depuis plusieurs années.

Vainqueur du trophée J.P. Metras décerné au joueur de ligne par excellence au pays et meilleur joueur défensif du RSEQ, le plaqueur Andrew Seinet-Spaulding est le plus bel espoir de McGill en prévision du repêchage qui se déroulera jeudi soir.

Ron Hilaire trace un parallèle entre Seinet-Spaulding et le plaqueur Vincent Desjardins, du Rouge et Or de l’Université Laval, qui a été sélectionné en deuxième ronde (17e au total) l’an dernier par les Stampeders de Calgary. «J’ai aussi "coaché" Vincent avec l’équipe du Québec et ce sont des joueurs avec des similitudes, a mentionné le pilote de McGill et ancien joueur de ligne défensive dans la NCAA. Ils ont tous les deux fait beaucoup de jeux et connu un beau parcours universitaire. Andrew est un peu plus athlétique. À 6 pi, Andrew n’a pas le prototype idéal d’un plaqueur dans la NFL, mais il n’a pas à s’inquiéter pour la LCF. C’est une valeur sûre. C’est un joueur complet. Il est en mesure d’arrêter la course et d’attaquer le quart-arrière. Il possède un bon moteur. C’est dommage qu’il n’ait pas pu participer au camp d’évaluation national, mais on voit très bien sur son film qu’il est fort et qu’il est bon à un contre un.»

Plusieurs atouts

Auteur de 13,5 plaqués pour pertes et sept sacs l’an dernier, deux sommets du RSEQ, le plaqueur de 6 pi et 288 lb aurait aimé prendre part au camp national à Toronto comme prévu.

«C’est certain que j’aurais pu augmenter ma valeur en raison de ma vitesse et dans les uns contre un, a-t-il souligné. Je suis excité par le repêchage parce que j’attends ce moment depuis longtemps et que j’ai travaillé fort pour ça. Je n’ai pas d’objectifs en termes de ronde. Je ne suis pas déçu de ne pas être dans le top 20. On ne connaît pas les critères.»

«Si je suis repêché, j’aurai la chance de leur montrer qu’ils ont eu tort de m’ignorer, de poursuivre le produit des Spartiates du Vieux-Montréal. J’ai obtenu plusieurs entrevues et on me dit que je pourrais être dominant si je travaille fort. Même si je ne mesure pas 6 pi 3 po, je peux être dominant quand même dans la LCF parce que je possède d’autres qualités. Je veux perdre du poids pour la LCF et ajouter du muscle. Je veux être plus vite.»

Nombreux appels

Hilaire confirme avoir reçu de nombreux appels pour quelques autres de ses protégés. Il croit à une récolte entre un et cinq joueurs. «Il y a beaucoup d’intérêt pour Benjamin Carré, Vincent Dethier, Antoine Mongeau et Mathieu Soucy, a-t-il indiqué. Des équipes moins nombreuses se sont également informées d’Yvan Desjardins, Quincy Williams et Findlay Brown. Tous ces joueurs proviennent de ma première vraie classe de recrutement. Ils nous ont fait confiance et ce fut un groupe qui nous a permis d’augmenter notre calibre. Ils ont réalisé qu’ils n’avaient pas à sacrifier sur leurs études pour évoluer dans un bon niveau de football.»

Blanchi de 2009 à 2012 ainsi qu’en 2015, 2018 et 2019 sauf pour les trois Européens qui avaient trouvé preneur dans le repêchage des joueurs mondiaux l’an dernier, McGill a connu sa meilleure année dans l’histoire récente en 2014 avec trois sélections. Jesse Briggs (17e) à Winnipeg, Laurent Duvernay-Tardif (19e) à Calgary et Alexandre Bernard (57e) à Ottawa avaient trouvé preneur. En 2013, le secondeur Mike Edem avait été sélectionné au 3e rang par les Alouettes de Montréal et le garde Qadr Spooner avait été choisi au 15e rang par les Blue Bombers de Winnipeg en 2017.

Retour en force de Vince Alessandrini

Parce qu’il n’a disputé que deux parties au cours des deux dernières saisons en raison d’une blessure à une épaule et aux testicules, Vince Alessandrini ne croyait pas trop à ses chances d’être sélectionné au terme de la dernière saison, mais la situation a évolué pour le mieux pour le receveur des Stingers de Concordia.

«Vince s’entraîne comme un animal depuis janvier, a affirmé l’entraîneur-chef Brad Collinson. Il n’a pas raté un entraînement depuis janvier. Il veut montrer que ce n’est pas lui qu’on a vu au cours des deux dernières saisons. Après la saison, il ne croyait pas trop à ses chances, mais il réalise maintenant l’intérêt à son endroit. J’ai reçu plusieurs appels à son sujet.»

«Je ne suis pas surpris du tout, de poursuivre Collinson. Quand il est en santé, il est excellent et c’est l’un des meilleurs receveurs du RSEQ. À notre camp de printemps, il a été notre meilleur receveur. C’était le fun de revoir le jeune Vince que j’avais connu. Il est en parfaite santé et il mérite d’être repêché.»

À sa première campagne avec les Stingers en 2016, le produit des Cheetahs de Vanier avait capté 52 passes pour des gains de 554 verges et un touché, ce qui lui avait valu le titre de recrue offensive par excellence du RSEQ. En 2017, il avait ajouté 36 réceptions pour 478 verges et un majeur.

Autres espoirs

Les secondeurs Samuel Brodrique et Jersey Henry, le demi de coin Michael Asibuo et le demi défensif Zamaad Gambari sont les autres Stingers les plus susceptibles d’être sélectionnés.

Du côté du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, le joueur de ligne défensive Mickael Badra pourrait être réclamé, lui qui a été invité au Défi Est-Ouest en mai dernier à l’Université de Carleton.

Deux Québécois évoluant dans la NCAA se retrouvent dans le dernier top 20 des plus beaux espoirs. Le garde Tomas Jack-Kurdyla, des Bulls de Buffalo, ne patientera pas trop longtemps puisqu’il pointe au quatrième échelon. Quant à JJ Molson, le botteur de précision des Bruins de UCLA se retrouve en 20e place.