TENNIS-AUS-OPEN

Crédit : AFP

Tennis

Auger-Aliassime se détache de Tennis Canada

Publié | Mis à jour

La pandémie de coronavirus forcera Félix Auger-Aliassime à voler de ses propres ailes un peu plus rapidement que prévu. La raquette québécoise est maintenant officiellement détachée de l’aide de Tennis Canada et assumera dorénavant pleinement les frais liés à sa carrière. 

Auger-Aliassime avait déjà l’intention de s’éloigner de Tennis Canada, ce qui se veut le processus normal d’un jeune joueur qui a atteint un stade lui permettant de prendre en charge sa carrière. Et quand, le 20 avril dernier, l’organisation a mis à pied 70 % de son personnel, certains de façon temporaire, d’autres, permanente, il était temps de le faire.   

Auger-Aliassime continuera de travailler avec la même équipe. Les entraîneurs Guillaume Marx et Frédéric Fontang, le préparateur physique Guillaume Perrotte ainsi que le kinésiologue Andres Vial continueront de constituer sa garde rapprochée sur le plan sportif. 

«Je savais qu’éventuellement, j’allais me détacher de Tennis Canada et la situation a fait que c’est arrivé prématurément. Je prends en charge, à partir de maintenant, mes entraîneurs», a-t-il assuré mercredi lors d’une vidéoconférence organisée avec les membres des médias. 

Bientôt de retour à Monaco 

Maintenant, il lui reste à savoir quand il pourra renouer avec tout ce beau monde en personne. Toujours confiné chez lui, à Montréal, Auger-Aliassime entend quitter pour Monaco le 10 mai prochain. Le déconfinement dans la principauté s’amorcera le 4 mai, selon ce que le gouvernement monégasque a annoncé mardi. 

Possiblement qu’à partir de là, il pourra recommencer à s’entrainer avec Fontang qui, lui, est actuellement en France où le déconfinement est prévu pour le 11 mai. 

Par la suite, il verra les options qui s’offrent à lui. 

L’entraineur de Serena Williams, Patrick Mouratoglou, a récemment annoncé qu’il espérait pouvoir créer un circuit à huis clos rassemblant certains des meilleurs joueurs au monde et qui serait lancé le 16 mai. Un événement auquel Auger-Aliassime a été invité. 

«Je vais d’abord rentrer chez moi à Monaco et ensuite, voir les disponibilités et les compétitions qui s’offrent à moi et qui restent dans un cadre sécuritaire. C’est une des compétitions qui est sur la liste des compétitions envisageables dans les semaines et les mois à venir. Mais déjà, si je peux rentrer à Monaco et m’entraîner dans des conditions acceptables, ensuite, je pourrai voir quelles compétitions je pourrais jouer.» 

Rester motivé  

Même s’il pourra recommencer à s’entraîner ailleurs que dans sa cour arrière de Montréal, Auger-Aliassime, comme tous les autres joueurs et joueuses de tennis au monde, n’a aucune idée quand la vraie compétition va reprendre. 

Pour le moment, tous les tournois du circuit de l’ATP ont été annulés jusqu’au 13 juillet. 

«C’est certain qu’il y a des questionnements et des incertitudes. Par contre, j’essaie d’y aller avec ce que je connais. J’ai un plan d’entraînement en place et je m’en tiens à ça. J’essaie de rester dans quelque chose qui a fonctionné pour moi jusqu’à maintenant. Je n’ai pas besoin de chercher ma motivation.  

«Ce qui est le plus difficile, c’est de regarder le calendrier et de voir tous les tournois annulés. C’est pourquoi je suis ouvert à toute compétition qu’on pourrait jouer à huis clos et qui respecterait les règles gouvernementales.»