Impact de Montréal

Fanni: une affaire de cœur et de corps

Publié | Mis à jour

Depuis trois ans, l’histoire se répète pour Rod Fanni. Maintenant âgé de 38 ans, il est plus près que jamais de la retraite, mais il ne se sent toujours pas prêt à tirer sa révérence. 

«Ça fait trois ans que je dis que je vais arrêter, mais chaque fois, il y a quelque chose qui me retient de le faire. Ça veut dire que je ne suis pas encore foutu... Et c’est tant mieux!», a indiqué l’expérimenté défenseur de l’Impact de Montréal en entrevue à l’émission «La MLS cette semaine», diffusée les dimanches à 18h30 à TVA Sports. À voir dans la vidéo ci-dessus.

Le contexte est cependant particulier cette année. En raison de la pandémie de coronavirus, qui a interrompu la saison de la MLS après seulement deux matchs, Fanni devra encore passer par un processus qu’il connaît trop bien... 

«Ce qui est le plus gênant personnellement, c’est de devoir se préparer une nouvelle fois, alors que je me sentais de plus en plus en jambes. Dernièrement, j’ai vécu plusieurs situations similaires dans un laps de temps rapproché.

«Avec le confinement, c’est plus difficile de garder une bonne condition physique. Ce n’est pas évident avec les gyms et les parcs fermés, mais on arrive à se débrouiller.» 

Pas de tomates svp! 

Aussi longtemps que le corps tiendra, Fanni continuera. «Tant que je pourrai jouer, je le ferai. Mais je ne vais pas attendre qu’on me pousse vers la sortie. Si le corps ne suit pas, je préfère sortir par la grande porte qu’en recevant des tomates!»

En plus d’être toujours en forme, le Français surnommé affectueusement «Flash Papi» est autant passionné qu’avant. 

«Je suis très heureux de pratiquer mon métier. J’aime transmettre mes connaissances aux plus jeunes. Je me plais bien à Montréal. Les gens sont super accueillants. On verra ce qui se passera pour moi l’an prochain, mais je suis toujours en jambes.»  

Par ailleurs, à la demande de l’animateur Frédéric Lord, Fanni a identifié les cinq meilleurs joueurs avec lesquels il a joué par le passé.