SPO-ALOUETTES-CONFÉRENCE DE PRESSE-EUGENE LEWIS

Crédit : TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

Danny Maciocia prépare son premier repêchage

Publié | Mis à jour

Danny Maciocia continue de peaufiner sa liste en prévision du repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) qui aura lieu jeudi soir. Le directeur général des Alouettes a confiance de pouvoir ajouter des éléments intéressants à sa formation pour les prochaines années.

En raison de la transaction qui a amené le quart Johnny Manziel à Montréal en 2018, les Alouettes n’ont pas de choix de premier tour cette année et en 2022. Toutefois, ils auront cinq choix parmi les 33 premiers appelés de l’encan de la LCF.

«La cuvée 2020 est assez intéressante, a indiqué Maciocia lors d’une vidéoconférence. Je pense qu’il y a de la profondeur au niveau de la ligne à l’attaque, des receveurs et de la ligne défensive. Il y a d’excellents joueurs dans les universités U Sports et de la NCAA.»

«Pour l’absence de choix au premier tour, ça fait partie de la réalité. Je le savais lorsque j’ai accepté le boulot. C’est l’une des raisons pour lesquelles on a été actifs sur le marché des joueurs autonomes. On est allés chercher d’excellents joueurs canadiens.»

Maciocia fait notamment référence aux Québécois Philippe Gagnon, Frédéric Chagnon, David Ménard, Alexandre Gagné et Junior Luke qui ont tous signé des contrats comme joueurs autonomes depuis le 11 février dernier.

Par contre, il n’écarte pas la possibilité de procéder à une transaction si un espoir de premier plan venait à glisser durant l’encan de sélection.

«On est toujours ouvert aux propositions, a mentionné Maciocia. On a établi des scénarios où l’on peut aider l’équipe. On n’est pas obligés de bouger.»

«S’il y a un joueur qui nous intéresse plus que les autres, je vais embarquer sur le téléphone pour discuter avec mes homologues. Par contre, il faut être deux pour danser.»

Une méthode différente

Maciocia a dû composer avec des conditions particulières pour son premier repêchage comme directeur général des Alouettes. En raison de la pandémie, il a dû travailler avec les vidéos des joueurs et ses contacts pour finaliser ses évaluations.

«On veut sélectionner le meilleur joueur disponible, a affirmé l’homme de football. On est surtout à la recherche de profondeur.»

«Pour notre recrutement, on a effectué pas moins de 53 entrevues par vidéoconférence avec notre département de recrutement au cours des dernières semaines. On aussi contacté 25 autres joueurs par voie téléphonique. Et on ne parle pas des appels qu’on a logés aux entraîneurs, aux coordonnateurs, aux médecins, aux thérapeutes ou aux préparateurs physiques.»

Une équipe réduite

En raison de la COVID-19 qui fait des ravages partout en Amérique du Nord, les Alouettes ont seulement cinq personnes au sein des opérations football. Outre Maciocia, ils peuvent compter sur les services de Brendan Taman, Tom Gamble, Byron Archambault et Éric Deslauriers.

«Ces quatre-là font le travail de huit personnes. Le nombre d’heures qu’on passe sur le repêchage ne se compte pas.»

«Les contacts de Tom et Brendan sont très utiles. On est en train d’aller chercher de l’information importante sur les Canadiens qui ont évolué dans la NCAA au cours de la dernière saison. Au Canada, moi et Byron connaissons tous les joueurs intéressants. Nous en avons affronté quelques-uns avec les Carabins.»

Comme promis lors de son arrivée à titre de propriétaire des Alouettes, Gary Stern contacte Maciocia sur une base régulière, mais avant tout pour prendre des nouvelles de son homme de football et de sa famille. Cependant, Maciocia parle plusieurs fois par jour au président Mario Cecchini au sujet des scénarios qui sont sur la table.