Sports divers

À VOIR: un Québécois court 160 km... en un jour!

Publié | Mis à jour

L’actuelle pandémie de coronavirus qui frappe la planète a encouragé plusieurs personnes, qui n’en pouvaient plus du confinement, à se mettre à la course à pied ces dernières semaines.    

Certains courent deux kilomètres, d’autres cinq, et les plus téméraires se rendent parfois jusqu’à dix.       

Mais le Québécois Nicolas Danne, lui, a décidé samedi de parcourir, à la course (!), la coquette distance de... 160 KM! Oui, vous avez bien lu!    

Si l’exploit est déjà incroyable en soi, le principal objectif derrière cette folle démarche l’est tout autant.    

En entrevue, dimanche, à l’émission «Salut, Bonjour!» (à voir dans la vidéo ci-dessus) , le sympathique athlète a révélé les motivations derrière sa folle épopée.    

«Toute ma famille est dans le domaine médical. Je souhaitais donner de l’énergie aux miens dans cette période plutôt particulière.»   

Une stratégie bien précise   

Aussi grandiose puisse être cet accomplissement, la stratégie derrière celui-ci, admet le coureur, était plutôt loufoque.    

«Je faisais, à répétition, un tour de 5 kilomètres autour de chez moi. Donc le centre de ma course était mon domicile. Au début, je faisais deux tours, puis je m’arrêtais un peu. Ensuite, j’en faisais un, puis je m’arrêtais un peu. Mais à un moment donné, je me suis dit que je ne pourrais pas m’arrêter à chaque tour, que ce serait trop dur psychologiquement.    

«Ensuite, un super ami à moi est arrivé et il m’a dit que je ne pouvais pas faire le même trajet de 5 kilomètres pendant 160. Il m’a imposé un petit mélange de trajets dans le quartier Villeray et c’est ce qui m’a permis de terminer.»   

Un lendemain... plutôt douloureux!    

Sans grande surprise et de façon tout à fait logique, Nicolas Danne a révélé avoir quelques courbatures au lendemain de son astronomique course à pied. Après tout, qui n'en aurait pas après un effort soutenu de 22 heures 49 minutes?    

«Le trajet du lit vers le salon était assez long ce matin!», a lancé le coureur en riant.    

«La course s’est très bien passée, honnêtement! Il faut dire que l’asphalte, c’est une surface qui est très traumatisante pour les membres. Je dirais que ç’a été dur sur les derniers 30 kilomètres. Le dernier 10 kilomètres a été le plus ardu, car tu sais qu’il ne te reste pas beaucoup de distance à parcourir avant de terminer.»   

Heureusement, dit-il, le support des gens lui a permis de trouver la motivation pour terminer son défi.    

«Montréal est vraiment dotée d’une communauté de course à pied fantastique. Les gens, tout en respectant la distanciation sociale, m’ont beaucoup encouragé.»   

Quelle sorte de préparation?    

Évidemment, on sort pas de chez soi, un bon matin, en étant prêt et conditionné à courir 160 kilomètres. Comment Nicolas s’est-il préparé à un tel défi?    

«Je cours pratiquement tous les jours depuis un bon moment», de répondre le jeune homme.    

«Je cours entre 90 et 120 kilomètres par semaine. C’est un peu un style de vie. Je ne compte même pas ça comme un entraînement. C’est juste... ma vie!»   

Touché par le support des gens    

Si Nicolas Danne s’est dit porté par le support inconditionnel des Montréalais tout au long de son trajet, certaines personnes lui ont aussi offert une autre forme d’appui tout aussi motivante.   

«On a récolté plus de 3700$, ce qui est absolument exceptionnel! Le nombre de messages qu’ont m’a envoyé, les tapes dans le dos... C’est complètement fou!»   

Le pire, dans tout ça, c’est que Danne n’est même pas encore arrivé à l’étape où il réalise l’ampleur de ce qu’il a accompli.    

«Non, je ne le réalise pas encore!», avoue-t-il.    

«D’ici deux à trois jours, ça va se faire. Mais je n’étais pas seul là-dedans.»   

Des plans pour la journée?    

Après avoir pris connaissance d’un exploit pareil, avouez qu’une question vous brûle les lèvres...   

Que fait-on au lendemain de 160 kilomètres de course à pied?    

«Je n’ai pas dormi beaucoup, car toutes les positions sont inconfortables. Je compte manger en grande quantité, assurément! Je souhaite aussi prendre un bon bain et déguster une bière bien méritée, je crois», conclut Nicolas Danne.