Blue Jackets c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

John Tortorella est plus aimé avec le temps

Publié | Mis à jour

Selon le directeur général des Blue Jackets de Columbus, Jarmo Kekalainen, les joueurs apprennent à apprécier l'entraîneur-chef John Tortorella. 

Critiqué à de nombreuses reprises pour son intransigeance et son impatience, Tortorella dirige actuellement une quatrième équipe dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Il en est à sa cinquième campagne à la barre des Blue Jackets.   

Celui qui a remporté le trophée Jack-Adams, remis au meilleur entraîneur de la LNH, en 2004 et en 2017, avait notamment attiré l’attention en critiquant sévèrement le Québécois Anthony Duclair l’année dernière, affirmant qu’il ne croyait pas «qu’il sache comment jouer au hockey». 

«Rick Nash l’a dit d’une bonne manière quand je lui ai parlé de "Torts" – ils étaient ensemble à New York – en affirmant que vous savez toujours où vous en êtes avec John Tortorella, a dit Kekalainen lors d’un épisode de la baladodiffusion "Executive Suite", produite par la LNH. Il n’y a pas de zone grise, les joueurs ne se demandent pas :"Que pense-t-il de moi?".» 

«Il vous fera savoir ce que vous faites bien, ce que vous faites mal, et je pense que c'est une très bonne qualité.» 

«Plus de plaisir au passé» 

De l’avis du DG, c’est souvent lorsque les joueurs sont dirigés par un autre homme qu’ils réalisent les qualités de Tortorella. 

«Je pense que les joueurs, en fin de compte, l’apprécient, et j’ai entendu de nombreux joueurs parler de "Torts" avec plus de plaisir au passé. Ils apprennent à apprécier comment il était après coup, après qu'il les ait entraînés parce qu'ensuite ils se retrouvent dans d'autres situations et ils réalisent que l'entraîneur leur dit une chose en face et une autre chose dans leur dos.» 

Tortorella et les Blue Jackets montraient une fiche de 33-22-15, ce qui les plaçait en deuxième position parmi les équipes repêchées dans l’Association de l’Est au moment de l'interruption de la saison, et ce malgré les départs de plusieurs joueurs vedettes tels qu’Artemi Panarin et Sergei Bobrovsky l’été passé.