NFL

Un produit des Carabins obtient sa chance dans la NFL

Publié | Mis à jour

 Marc-Antoine Dequoy a paraphé, samedi, une entente comme agent libre prioritaire avec les Packers de Green Bay. 

Ignoré lors des sept rondes, le demi défensif des Carabins de l’Université de Montréal s’est entendu avec les Packers immédiatement après la conclusion du repêchage.  

Voyez ses commentaires dans la vidéo, ci-dessus.  

L’ailier défensif Mathieu Betts et l’ailier rapproché Antony Auclair avaient vécu une situation identique l’an dernier et en 2017 respectivement. 

«C’est surréel la journée que je viens de passer, a résumé Dequoy. J’ai vécu beaucoup d’émotions, dont l’excitation et le stress. Je suis à court de mots. Je viens de réaliser le rêve que je souhaitais en obtenant une opportunité dans la NFL.   

«Depuis le début, j’avais en tête de signer comme agent libre. Signer comme agent libre ou être repêché, c’est identique. Je ne pourrais pas être plus content.» 

L'agent Sasha Ghavami a été contacté par les Packers au sixième tour. 

«Ce matin (samedi), on a identifié les trois équipes les plus intéressées, dont les Packers, a expliqué l’agent montréalais. Les discussions ont débuté au tour. Quand les Packers ont réclamé un maraudeur en 7e ronde (Vernon Scott), on a discuté de la situation.  

«Les Packers voient Marc-Antoine comme demi de coin et aussi maraudeur. Ils ont un plan pour lui et ils veulent que ça fonctionne peu importe la position. C’est rare de miser sur un joueur avec des qualités athlétiques aussi bonnes avec un tel gabarit.  

«Quant au joueur sélectionné en 7e ronde, c’est un maraudeur qui va jouer plus dans la boîte défensive.» 

Croûtes à manger 

S’il a toujours cru en son potentiel, Dequoy convient qu’il partait de loin.   

«Je sais que j’ai le talent pour jouer dans la NFL, mais le repêchage est une partie d’échecs que je ne contrôle pas, a-t-il imagé.  

«La politique est maintenant terminée et je pourrai montrer mon talent. Lors de ma participation au East West Shrine Bowl en janvier en Floride, je me suis comparé avec les Américains et j’ai réalisé que je pouvais jouer dans la NFL. 

«J’ai un pied dans la porte, mais j’ai encore beaucoup de croûtes à manger pour percer l’alignement régulier, de poursuivre le joueur défensif par excellence du RSEQ en 2018.  

«Participer au mini camp en mai m’aurait permis d’apprivoiser le calibre et le style de jeu. L’annulation fait en sorte que je devrai arriver encore plus préparé pour le camp.» 

Gratitude 

S’il a remercié son agent pour tout le travail accompli depuis six mois, Dequoy a aussi de bons mots pour ses parents et deux entraîneurs qui ont marqué son parcours.  

«Ma mère est une femme incroyable, la plus forte que je connais, a-t-il exprimé. Elle m’amenait à mes entraînements même quand ça ne me tentait pas trop. Mon père m’a aussi soutenu énormément.» 

«Paul-Eddy St-Vilien a été un mentor et il m’a formé, d’ajouter Dequoy. C’est lui qui m’a permis de devenir le joueur que je suis. Avec les Carabins, Olivier Fréchette-Lemire m’a toujours poussé.» 

Kétel Assé pas surpris d’avoir été ignoré 

Ignoré lors du repêchage de la NFL, Kétel Assé n’est pas tombé en bas de sa chaise. 

«En compagnie de mon agent (Sasha Ghavami), je m’étais préparé à cette éventualité, a raconté le bloqueur étoile du Rouge et Or de l’Université Laval qui avait participé au NFLPA Collegiate Bowl le 18 janvier au Rose Bowl.  

«Je n’avais pas de grosses attentes pour la journée du repêchage. J’ai suivi le repêchage à mon travail. Je suis content que mon ami Marc-Antoine (Dequoy) ait signé à Green Bay. C’est une bonne nouvelle pour le football québécois. C’est le fun que l’objectif de la NFL ait abouti pour l’un de nous deux.» 

Assé et Auclair avaient une place assurée dans un mini camp, mais la pandémie de COVID-19 a fait en sorte que les camps ont été annulés. Les mini camps se déroulent les deux premières fins de semaine de mai selon les équipes.  

Crédit photo : Dominick Gravel/Agence QMI

«Je ne veux pas dévoiler les équipes, mais leur place était confirmée dans un mini camp avant l’annulation en raison de la pandémie, a affirmé Ghavami. Ce sont des joueurs très intrigants avec un bon potentiel et les équipes voulaient les voir devant leurs yeux.» 

Assé aurait aimé vivre cette expérience.  

«Les Bears ont démontré de l’intérêt depuis le début et quelques autres équipes se sont ajoutées pour une éventuelle invitation à un mini-camp, a-t-il indiqué. Je suis engagé dans ce processus depuis la fin de notre saison.  

J’ai appris au fil des mois qu’il y a toujours place à l’amélioration et c’est cette mentalité que je peux amener au prochain niveau. 

«La NFL est le meilleur circuit au monde et c’est certain que j’aimerais une autre opportunité d’évoluer au sud de la frontière, de poursuivre Assé.  

«L’objectif pour le moment est d’être sélectionné lors du repêchage de la LCF (le 30 avril) et de dominer par la suite dans ce circuit. Je dois y aller une étape à la fois avant de penser obtenir une chance dans la NFL.» 

Les Bears étaient venus à Québec le 10 mars pour le Pro Day d’Assé et d’Auclair. Les Bears s’étaient aussi pointés à Concordia en septembre pour un match du Rouge et Or. 

Autres joueurs 

Le botteur de précision montréalais JJ Molson a lui aussi été ignoré. L’agent du botteur des Bruins de UCLA avait eu des discussions avec les Buccaneers de Tampa Bay selon nos informations. 

Garde des Bulls de Buffalo, Tomas Jack-Kurdyla n’a pas été repêché, mais l’ancien porte-couleurs des Cheetahs de Vanier gardait espoir d’obtenir un contrat comme agent libre dans les prochaines heures.