Crédit : REUTERS/Ellen Ozier

LNH

Deux jours qui ont changé le visage de la LNH

Publié | Mis à jour

Comme tout le monde le sait, Alexander Ovechkin a été sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LNH de 2004 par les Capitals de Washington. Cependant, si le Russe était né deux jours avant sa date de naissance du 17 septembre 1985, il aurait fait partie de la très forte cohorte de 2003.  

Effectivement, le règlement du circuit Bettman stipule qu’un joueur est admissible à l’encan amateur d’une année donnée s’il a au moins 18 ans au 15 septembre de cette même année.     

Le repêchage de 2003 s’est amorcé le 21 juin. Ainsi, à cette date, Ovechkin n’était pas admissible, lui qui aurait eu 18 ans après la date limite. Ainsi, il a donc dû attendre à la séance de 2004 pour être sélectionné.  

Ce sont deux petits jours qui ont complètement changé le portrait de la LNH.  

Revenons 17 ans en arrière.  

Les Panthers de la Floride détenaient le tout premier choix du repêchage à l’aube du 21 juin 2003. Mais les choses se sont accélérées par la suite alors que le directeur général de l’équipe, Rick Dudley, a envoyé la toute première sélection et un choix de troisième tour (73e au total) aux Penguins de Pittsburgh en retour de la troisième sélection au total, d’un choix de deuxième tour (55e au total) et de l’attaquant Mikael Samuelsson.  

«Nous avions Roberto Luongo, donc nous n’allions pas repêché un gardien de but, a admis Dudley, qui est maintenant vice-président aux opérations hockey des Hurricanes de la Caroline, dans une entrevue accordée au TVASports.ca, vendredi. J’avais une entente avec les Penguins et Craig Patrick m’avait dit qu’il voulait repêcher un gardien. J’avais extrêmement confiance en lui.  

«À ce point, il restait Eric Staal et Nathan Horton. J’avais une préférence pour Eric Staal, mais deux de mes recruteurs, Scott Luce et Darwin Bennett, voulaient Nathan Horton. Il n’y avait pas une grosse différence.  

Au final, les Penguins ont sélectionné Marc-André Fleury (1er) et Daniel Carcillo (73e) alors que les Panthers ont mis la main sur Horton (3e), puisque les Hurricanes avaient pris Staal tout juste avant, et Stefan Meyer (55e). Puis, tout le monde a fait son petit bonhomme de chemin.  

Crédit photo : REUTERS/Steve Schaefer

«L’échange faisait du sens, a continué Dudley. Nous avions un joueur que nous aimions beaucoup. Horton a été très bon pour nous dès le début.»  

Que ce serait-il passé cependant si «Ovi» avait été disponible?  

«J’aurais absolument pris Ovechkin, a affirmé sans aucune hésitation l’homme de 71 ans. Il était à un autre niveau complètement.»  

2003 : un repêchage sensationnel  

Le repêchage de 2003 est considéré comme l’une des meilleures cuvées de l'histoire. Au total, ce sont 14 joueurs issus de cet encan amateur qui ont atteint le plateau des 1000 matchs dans la LNH, dont 12 qui ont été repêchés au premier tour; Patrice Bergeron (2e tour) et Joe Pavelski (7e tour) sont les deux qui ont réussi ce fait d’armes ayant été repêchés plus tard que le premier tour.  

Des joueurs comme Ryan Getzlaf, Corey Perry, Zach Parise, Brent Burns et Staal, notamment ont tous entendu leur nom au premier tour.  

Rajoutez Ovechkin là-dedans et tout explose. Premièrement, pour le joueur. En effet, il aurait pu obtenir une saison de plus pour tenter de s’approcher du record du nombre de buts de Wayne Gretzky, et ce, même si Nicklas Backstrom n'avait pas été à ses côtés pendant l’entièreté de sa carrière. Le Russe aurait probablement rejoint les Panthers, qui n’auraient pas fait de transaction, et aurait cotoyé un certain Finlandais du nom d’Olli Jokinen.  

«En raison de sa passion, il rend tout le monde autour de lui meilleur, a expliqué Dudley, à propos d'Ovechkin. Nous avions de bons joueurs dans le temps. Luongo était un excellent gardien. Jay Bouwmeester était un bon jeune défenseur qui était employé souvent. L’équipe allait dans la bonne direction. Toutes les transactions que nous avons faites étaient dans l’espoir de devenir une équipe aspirante aux grands honneurs.»  

Crédit photo : REUTERS/Shaun Best

Qu’est-ce qui aurait pu arriver?  

Maintenant, les implications pour les équipes.  

Le cas des Panthers a été effleuré. Avec «Ovi», la formation de la Floride aurait eu en sa possession les bases d’une équipe championne et n’aurait probablement pas terminé la saison comme quatrième pire formation de l’Association de l’Est en 2004. Il n’aurait également probablement pas hérité du septième choix au total lors du repêchage suivant (Rostislav Olesz).  

Pour les Capitals, la donne aurait changé, mais l’impact aurait été moindre puisqu’ils auraient assurément pris le compatriote d’Ovechkin au tout premier rang en 2004, Evgeni Malkin.  

Ce sont les Penguins qui sont intéressants, car ils auraient probalement tout de même sélectionné Marc-André Fleury.  

«Les Hurricanes n’auraient probablement pas pris un gardien puisqu’ils avaient déjà Cam Ward, s’est remémoré Dudley. Ils auraient probablement sélectionné Eric Staal. Puis, Pittsburgh aurait tout de même eu Fleury. Nous avions fait l’exercice.»  

Crédit photo : REUTERS/Mike Cassese

Mais en 2004, les Penguins n’auraient pas pu obtenir Malkin et auraient dû se rabattre, si on garde le même ordre qu’à l’époque, sur le défenseur Cam Barker. Est-ce que la conquête de la coupe Stanley de 2009 aurait été en péril sans Malkin?  

La tentative de Dudley  

Dudley, qui a également oeuvré pendant quelques années en tant qu’assisant de Marc Bergevin avec les Canadiens de Montréal, était bien au fait de toute la situation entourant Ovechkin. Mais il a tout de même tenté le coup de circuit.  

«Notre propriétaire (Alan Cohen) était très bon avec les chiffres, a confié Dudley. Il avait beaucoup lu à propos du repêchage et avait pensé que si on enlevait les jours supplémentaires des années bisextiles (NDLR : quatre entre la naissance d’Ovechkin et 2003), qu’il pourrait être admissible. Il m’avait demandé d’en parler à LNH.  

«J’en ai parlé, mais je savais que ça ne fonctionnerait pas. Je savais comment ça se terminerait.»  

Mais, à la demande du propriétaire, Dudley a tout de même sélectionné Ovechkin au neuvième tour, ce qui lui a immédiatement été refusé.  

Au final, il aura repêché deux joueurs avec les troisième et quatrième sélections qu’il détenait au neuvième tour, un certain John Hecimovic et Tanner Glass.  

«C’était un bon choix», s’est félicité Dudley, à propos de Glass.

Matthews dans la même situation  

L’attaquant des Maple Leafs de Toronto Auston Matthews est également né un 17 septembre (1997). Avec la même hypothèse en tête, imaginez ce qu’aurait pu donner le repêchage de 2015 avec Connor McDavid et Jack Eichel, mais surtout avec les Coyotes de l’Arizona, d’où est originaire Matthews, qui repêchaient au troisème échelon.  

Dudley s’est emballé en y réfléchissant. Toutefois, il est vite revenu sur terre.  

«Dans d’autres sports, probablement que ça se serait passé différemment, a souligné l’ex-directeur général. Mais le hockey, c’est très conservateur.»