HKN-HKO-SPO-2019-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-ONE

Crédit : AFP

LNH

L'entraîneur-chef des Bruins en désaccord avec Brad Marchand

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Bruins de Boston, Bruce Cassidy, n’est pas prêt à dire que son équipe sera désavantagée advenant une reprise des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH) dans les prochaines semaines.

Le week-end dernier, l’attaquant Brad Marchand en a fait sourciller certains quand il a mentionné que son club partirait avec une prise contre lui en raison de sa moyenne d’âge plus élevée; effectivement, à 28,5 ans, Boston mise sur le quatrième groupe le plus vieux du circuit. Le hockeyeur a ajouté que des formations plus jeunes comme les Maple Leafs de Toronto ou celles ayant cessé de jouer au moment où elles manquaient quelques éléments-clés seront avantagées si l’action reprend.

Or, selon Cassidy, l’expérience des siens n’est pas à dédaigner. Après tout, Marchand, Patrice Bergeron, David Krejci et Zdeno Chara figuraient tous parmi les patineurs ayant remporté la coupe Stanley en 2011.

«Je crois que personne ne peut savoir comment ça se passera d’ici le jour de notre retour, a-t-il déclaré au site NHL.com cette semaine. Nous avons des gars plus vieux et ils auront peut-être besoin d’un peu plus de temps pour ouvrir la machine. Cependant, ce sont de vrais professionnels et ils savent comment se maintenir en forme, possiblement mieux que de nombreux joueurs plus jeunes.»

«Selon moi, il y a des vétérans qui savent comment bien composer avec cela. Ce n’est pas comme s’il s’agissait de simplement de presser le bouton de marche-arrêt. Je pense donc que cette pause est à notre avantage», a ajouté le pilote.

Bien se reposer

D’après lui, la clé constituera les périodes de repos. Il est vrai qu’à 43 ans, Chara doit se ménager, tout comme Bergeron, Krejci et Tuukka Rask, tous âgés de 33 ou 34 ans. Les Bruins dominaient certes le classement général avec 100 points lorsque la saison a été interrompue le 12 mars, mais il ne faut pas prendre rien pour acquis.

«Il faudra devenir plus rapide. Oui, pour des gars plus jeunes, ça vaudra moins de douleur le jour suivant. Donc, j’estime que les moments de répit et de rétablissement des plus vieux seront à bien superviser chez nous, davantage que le conditionnement physique.»

Équipe responsable sur la glace comme en font foi leurs 174 buts concédés, le plus faible total de la LNH, les Bruins vont bien s’en tirer pour cette raison malgré leur âge, d’après l’instructeur.

«Notre club offre du jeu très structuré, a-t-il indiqué. Nous ne sommes pas une formation sans direction sur la glace et on ne compte pas seulement sur des jeux spectaculaires à l’emporte-pièce. Je pense que ça nous aidera. La structure peut être votre amie, à moins que vos jambes vous laissent tomber, ou votre filet de sauvetage d’ici à ce que votre attaque se réveille. (...) Je sais cependant qu’il y a encore beaucoup d’inconnu. On ne peut prédire quelle formation s’en sortira le mieux, car personne n’a vécu cela encore.»