Crédit : PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Subban et Prust se sont battus dans l’autobus

Publié | Mis à jour

L’ancien joueur du Canadien Brandon Prust s’est battu à de nombreuses reprises sur la patinoire, mais l’une de ses batailles les plus importantes a eu lieu à l’extérieur et a possiblement mené à son départ de Montréal.  

L’athlète maintenant à la retraite a d’ailleurs reçu un coup de poing dans l’autobus après un match. L’auteur du coup? Un certain P.K. Subban.    

L’histoire remonte à la saison 2014-2015 et est survenue durant un voyage en Floride. Subban faisait alors partie du groupe de leaders du CH et il a expliqué à ses coéquipiers que l’équipe allait rester quelques jours dans le sud des États-Unis, mais que personne ne devait aller à Miami.  

Malgré cette directive, le défenseur avait l’intention de briser sa propre règle, après l’affrontement contre les Panthers, selon les dires de Prust.  

«Après le match, je me suis dépêché à me dévêtir pour ensuite rapidement me diriger à l’endroit où nous entreposions nos habits, a-t-il raconté lors de son passage à la baladodiffusion "Spittin’ Chiclets". J’ai regardé dans le sac de P.K. et il y avait des vêtements pour son séjour à Miami. J’ai pris ses souliers et je les ai lancés dans un endroit où c’était impossible pour lui de les retrouver un jour.»  

«C’était un moyen de ma part et de celle de l’équipe de lui dire qu’il avait merdé.»  

«Pour deux semaines, il a demandé à tout le monde qui avait pris ses souliers et personne ne lui a dit. Mais bon, un petit rat, que je ne nommerai pas, lui a dit», a ajouté Prust.  

La vengeance de P.K.  

Quelques semaines plus tard, Subban a voulu remettre la monnaie de sa pièce à son coéquipier.  

«Lors du dernier match de la saison à Toronto, [...] nous l’emportons en tirs de barrage et nous nous emparons de la première place de l’Association de l’Est. Tout est génial. Je me change et mon cellulaire a disparu.»  

C’est évidemment Subban qui avait le précieux objet de Prust. L’attaquant a confronté le voleur et a trouvé son téléphone dans l’une de ses chaussettes.  

«Dans l’autobus, P.K. continue de me fatiguer, a indiqué Prust. Je lui dis : “c’est terminé, j’ai retrouvé mon cellulaire et tu sais que j’ai pris tes souliers.” P.K. m’a ensuite dit qu’il allait reprendre mon téléphone et qu’il allait le détruire.  

«Je lui ai répondu que si c’était le cas, j’allais lui passer le K.O. Il s’est alors levé dans l’autobus. [...] Je me suis levé aussi. Il m’a frappé et tout le monde s’est précipité pour nous séparer.»  

De son propre aveu, c’est peut-être cette bagarre qui a mis fin au séjour de Prust dans la métropole québécoise.  

«Deux jours plus tard, j’ai reçu un appel de mon agent et il me demandait de m’excuser, s’est souvenu Prust. Pourquoi devrais-je m’excuser? Quelques mois plus tard, j’étais échangé. Peut-être que j’aurais dû m’excuser.»  

En effet, le 1er juin 2015, le natif de London était échangé aux Canucks de Vancouver contre Zack Kassian et un choix de cinquième tour en 2016.  

Près de cinq ans plus tard, Prust n’est définitivement plus amer par rapport à cette histoire.  

«J’aime P.K. et je le prendrais dans mon équipe n’importe quand», a-t-il affirmé.