Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Canadiens de Montréal

La fois où Markov s'est presque battu avec... Lemieux!

Publié | Mis à jour

Quelques jours après avoir annoncé sa retraite, l’ancien défenseur des Canadiens de Montréal Andrei Markov a affirmé qu’il ne changerait absolument rien à sa carrière. 

Markov, âgé de 41 ans, a disputé 990 parties avec le CH, totalisant 119 buts et 572 points, avant de se rapatrier en Russie en 2017. Il a disputé les trois dernières saisons de sa carrière dans la Ligue continentale de hockey (KHL), remportant au passage la coupe Gagarine.  

L’arrière aurait toutefois aimé ajouter la coupe Stanley à son palmarès. 

«Disons simplement que je ne changerais rien. Ce qui manque, c'est la coupe Stanley, bien qu'il y ait eu des opportunités. Le Canadien a souvent été fort en séries éliminatoires», a laissé entendre Markov, selon le quotidien russe «Sovetsky Sport». 

«J'ai aussi participé aux Jeux olympiques à trois reprises, et je n'ai pas eu de médaille de ce tournoi. Mais en Russie, tout s'est bien passé. J'ai réussi à gagner la coupe Gagarine avec l’Ak Bars [de Kazan], a ajouté Markov, qui a également été décoré d’or au Championnat du monde en 2008. 

Lemieux, une idole 

Ayant grandi en idolâtrant Mario Lemieux, Markov s’est également rappelé son premier duel face au Magnifique. Les deux hommes en sont presque venus aux poings. 

«Il n’y a pas eu de combat, bien sûr. Mario s’en est pris à mon partenaire. Je me suis dirigé vers la légende et j’ai compris que je ne pouvais rien faire contre lui. Mais je l’ai poussé», s’est souvenu le numéro 79. 

Du respect pour Koivu 

Se remémorant ses meilleurs moments à Montréal, Markov a bien entendu parlé de sa toute première rencontre dans la Ligue nationale. Le retour de Saku Koivu après ses traitements de chimiothérapie en 2002 figure également en bonne position dans son palmarès. 

«Je me souviens aussi comment notre capitaine Saku Koivu est tombé gravement malade, a dit Markov, selon le site sports.ru. Mais il est revenu et j'étais sur la glace quand ils ont présenté la formation partante. Toute la foule s'est levée et a applaudi pendant 10 ou 15 minutes. Je n'oublierai jamais le respect que les partisans ont eu pour lui.»