Sports divers

Un athlète québécois de cheerleading suspendu pour dopage

Publié | Mis à jour

L’ancien membre de l’équipe de cheerleading des Alouettes de Montréal, Marc-André Lauzon, a été suspendu quatre ans pour avoir fait l’usage d’un produit dopant hautement toxique, a annoncé le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES).

L’échantillon d’urine prélevé dans le cadre d’un test de routine le 29 décembre 2019 a révélé la présence de GW501516, un «modulateur métabolique interdit» au Canada.

Si les effets à long terme de l’utilisation de ce produit sont inconnus chez l’être humain, des expérimentations animales ont mené à la découverte d’effets toxiques, selon Santé Canada. Le GW501516 fait partie de la liste des substances interdites par l’Agence mondiale antidopage (AMA) depuis plusieurs années.

Lauzon, qui est également membre de l’équipe canadienne de cheerleading et qui a déjà fait partie du personnel d’entraîneurs des Carabins de l’Université de Montréal, n’a pas contesté le résultat positif au contrôle antidopage. Sa sanction prendra fin le 28 janvier 2024.

«Durant la période de la sanction, il est interdit à l’athlète, qui réside à La Prairie au Québec, de participer à quelque titre que ce soit à un sport signataire du PCA (Programme canadien antidopage), y compris de s’entraîner avec ses coéquipiers», a expliqué le Centre canadien pour l’éthique dans le sport par voie de communiqué.