BKN-BKO-SPO-LOS-ANGELES-LAKERS-V-LOS-ANGELES-CLIPPERS

Crédit : AFP

NBA

Substantielles baisses de salaires dans la NBA

Publié | Mis à jour

La NBA, dont la saison est suspendue en raison du coronavirus, et le syndicat des joueurs sont parvenus à un accord pour une retenue de 25% du salaire bihebdomadaire de chaque joueur à compter du 15 mai, a annoncé l'instance vendredi. 

Cet accord prévaut «en cas d'annulation définitive de la saison régulière 2019-2020 ou des séries éliminatoires en raison de la pandémie Covid-19», indique la NBA dans son communiqué.   

«Grâce à cet accord, et afin d'offrir aux joueurs un calendrier de réduction de salaire plus progressif, des réductions de 25% des salaires prendront effet sur le versement du 15 mai», ajoute-t-elle. 

L'instance précise que cet accord prévaut si la clause de «force majeure» de la convention collective, qui peut être invoquée dans un contexte d'épidémie, était activée avec l'annulation des matches de la saison régulière. 

Le montant final de la perte de salaire des joueurs dépendra du nombre de matches annulés.  

Or le patron de la NBA Adam Silver a assuré qu'il ne prendrait pas de décision avant mai.  

Les joueurs de la NBA, qui sont payés tous les quinze jours, recevront dont leur salaire du 1er mai en intégralité.  

Chacune des 30 équipes NBA doit disputer entre 15 et 19 matches pour arriver au bout des 82 de la saison régulière. 

Selon plusieurs médias, la NBA, dont la saison est interrompue depuis le 11 mars, espère qu'une reprise de la compétition sera possible en juillet et étudie pour cela un grand nombre de scénarios, privilégiant des rencontres à huis clos et allant jusqu'à considérer l'option de réunir toutes les franchises concernées dans une seule et même ville pour y disputer les play-offs. 

Silver pas encore en mesure de décider du sort de la saison NBA 

Le patron de la NBA, Adam Silver, a réitéré vendredi qu'il n'était pas en mesure de prendre une quelconque décision quant au sort de sa saison, suspendue à cause du coronavirus, tout en étudiant les options pour la mener à bout. 

«Sur la foi de divers rapports que nous avons reçus, notamment des responsables de la santé publique [...], nous ne sommes pas en mesure de prendre une décision. Et on ne sait pas quand nous le serons», a déclaré Silver lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes. 

Il y a une semaine, le commissaire de la ligue avait prévenu qu'il ne se prononcerait pas avant le mois de mai, compte tenu des incertitudes liées à l'évolution de la pandémie de Covid-19 qui a fait plus de 36 000 morts et 700 000 cas d'infection. 

«Tout est question de données et non de date», a-t-il insisté, pour éventuellement décider d'une reprise des matchs, suspendus le 11 mars immédiatement après que le Français Rudy Gobert (Utah) a été le premier joueur de la ligue à avoir été testé positif. 

Adam Silver a précisé que la NBA surveillait en priorité plusieurs facteurs: l'éventuelle diminution du nombre de nouvelles infections, la disponibilité des tests à grande échelle, la voie vers un vaccin potentiel et l'émergence de médicaments antiviraux. Tout en se fiant en priorité aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et aux différentes directives des États. 

Pour autant, le dirigeant a rappelé que les personnels de santé en première ligne devaient être «pris en charge bien avant les sportifs».  

«Il y a donc encore trop d'incertitude pour dire précisément comment nous irions de l'avant», a résumé Silver. 

Selon lui, les propriétaires des franchises NBA restent résolus à trouver un moyen de reprendre les matches, "car d'une certaine façon, nos revenus sont tombés à zéro". 

À ce titre, il a assuré que toutes les options (matches à huis clos, play-offs dans une seule ville) étaient étudiées, quitte à ce que cela retarde subséquemment le début de la prochaine saison. 

«Je sais que c'est frustrant de ne pouvoir répondre plus avant, a-t-il convenu. Maintenant, beaucoup de choses changent rapidement et nous serons peut-être dans une position très différente dans quelques semaines», a-t-il dit.