Canadiens de Montréal

Racheter le contrat d’Alzner ne fait aucun sens, à moins que...

Publié | Mis à jour

Le mystère entourant le plafond salarial est toujours entier : on ignore à quel montant il se situera la saison prochaine.       

En raison de la pandémie mondiale de coronavirus, la LNH songe à l’idée de le maintenir à 81,5 millions de dollars, ce qui donnerait une certaine latitude aux équipes pour fonctionner une fois la crise passée.            

Par contre, si le plafond est abaissé, «il va falloir permettre aux équipes de racheter des contrats sans que ceux-ci ne soient comptabilisés dans le plafond salarial, comme c’est le cas actuellement», a suggéré Renaud Lavoie dans sa chronique quotidienne à l’émission JiC, vendredi. À voir dans la vidéo ci-dessus.  

«Ce serait essentiel pour la LNH de revenir à cette clause de 2013 (permettant le rachat d’un ou deux contrats sans être pénalisé au niveau du plafond salarial). Ça donnerait de l’oxygène à bien des équipes, même les Canadiens», a-t-il ajouté.       

À Montréal, un nom revient sans cesse dans les discussions : Karl Alzner. Le vétéran défenseur a disputé seulement quatre matchs avec le CH la saison dernière, passant la majorité de celle-ci dans la Ligue américaine avec le Rocket de Laval.       

Même s’il lui reste encore deux années à écouler à son entente, à un salaire de 4,625 M$, l’option de racheter son contrat est souvent évoquée. Mais est-ce que cela en vaudrait vraiment la peine?       

«Pourquoi racheter le contrat d’Alzner? Présentement, ça ne ferait pas beaucoup de sens, a soutenu Renaud Lavoie, même si son salaire est énorme. J’ai hâte de voir ce que les Canadiens vont faire dans ce dossier.»