Boxe

«Elle était vraiment méchante avec moi» - Adonis Stevenson

Publié | Mis à jour

On peut interpréter l’histoire d’Adonis Stevenson comme on le veut, mais un aspect demeure irréfutable: le fait qu’il soit en vie aujourd’hui, alors qu’il a été déclaré cliniquement mort à deux reprises, constitue un véritable miracle.    

L’ex-champion du monde WBC des poids mi-lourds était en entrevue, vendredi à l’émission «JiC». Il a tenu d’entrée de jeu à se faire rassurant sur son état de santé.        

«Ça va bien. Je récupère de plus en plus. Ma famille est là. Ma mère est là. Tout le monde travaille très fort pour moi et c’est incroyable de voir à quel point mon état s’est amélioré rapidement.    

«C’est un privilège pour moi d’être là à vous parler. Si je peux partager mon expérience avec les gens pour les sensibiliser ou les motiver, cela me fait vraiment plaisir!»    

Questionné à savoir s’il avait encore des souvenirs de ce maintenant triste soir du 1er décembre 2018, où il a été mis K.-O. par Oleksandr Gvozdyk, «Superman» a répondu par l’affirmative.    

«Je me rappelle que j’étais dans le combat. Tout était normal. Puis est venu un moment où je ne parvenais plus à envoyer des coups. C’est comme si j’étais bloqué. Je voulais frapper, crois-moi. Mais je ne pouvais pas. C’était un énorme blocage.»    

Après le combat, Stevenson est plongé dans un coma artificiel. Celui-ci dure pendant des semaines. Quel est le premier souvenir dont il se rappelle du moment où il s’est enfin réveillé?    

«Quand j’ai ouvert les yeux, je me suis demandé qu’est-ce que je faisais là. Je n’en avais aucune idée. Je me suis ensuite rappelé que j’avais été mis K.-O., mais sans plus. Il y avait une grosse coupure dans ma tête.»    

Une deuxième grosse épreuve      

À travers le combat qu’il menait pour retrouver la santé, Adonis Stevenson a aussi dû affronter un autre colossal obstacle: une séparation avec Simone God, avec qui il partageait sa vie depuis déjà un long moment.    

Cette dernière ayant livré, mercredi sur nos ondes, sa version des faits sur ladite rupture, Adonis a été invité à en faire de même par «JiC».    

«C’est très difficile pour moi d’en parler. J’aimais beaucoup cette fille-là. Mais je me suis senti trahi. C’est une très bonne manipulatrice. On lui a demandé une reddition de compte, mais elle n’a jamais voulu en donner. Elle cache beaucoup de choses.»    

Vient ensuite un moment très émotif dans l’entrevue.    

«JiC» demande à Adonis si Simone God a été violente psychologiquement avec lui. Ce dernier éclate en sanglots, puis répond.    

«Oui, c’est vrai. Elle n’était pas gentille avec moi. Elle était vraiment méchante. Elle me traitait d’imbécile. Elle m’insultait. C’est très difficile pour moi d’en parler.    

«Quand on s’est séparés, elle m’a dit que je ne verrais plus jamais ma fille...»    

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.