Boxe

«Ils ont menacé de me tuer, moi et notre fille»

Publié | Mis à jour

Quelques jours à peine après s’être adressée à son ex-conjoint Adonis Stevenson par l’entremise d’une lettre ouverte envoyée à tous les médias, Sisi God a accepté d’expliquer sa démarche, mercredi, en entrevue à l’émission «JiC».        

«Je voulais qu’Adonis entende ce que j’ai dans mon cœur», a d’abord lancé God.        

Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.    

«Je souffre depuis plusieurs mois et je n’ai aucun moyen de le contacter. Quand j’ai su qu’il n’était pas en thérapie, ça m’a vraiment brisée.»       

Sisi God a ensuite expliqué les circonstances de sa rupture avec Adonis.        

«Ce n’était pas mon choix. Ce n’était pas une rupture normale. On m’a pris Adonis, tout simplement.       

«Ma famille a dû m’emmener en voyage à Dubaï, parce que j’étais devenue dépressive. Je ne parvenais pas à comprendre comment on avait pu me prendre Adonis de cette façon.»       

GEN - ADONIS STEVENSON
Crédit photo : Photo d'archives, MARTIN ALARIE

Cette dernière phrase a fait sourciller Jean-Charles Lajoie. L’animateur a relancé son invitée en lui disant que selon les informations qu’il avait en sa possession, c’est Stevenson lui-même qui avait fuit le condo familial qu’il partageait avec Simone God parce qu’il avait peur d’elle.        

«Non, en fait, c’est qu’on avait une date de cour qui approchait. Ce devait être en décembre. Et Adonis devait rencontrer son avocat chaque jour. À un certain moment, l’avocat me demande s’il peut rencontrer Adonis tout seul. C’était la première fois qu’il me faisait une telle demande. J’ai accepté et je suis même allée chercher de la nourriture pour souper en pleine nuit.        

«À un certain moment je suis revenue et j’ai appelé l’avocat d’Adonis en lui demandant s’ils allaient revenir à la maison. Il m’a répondu qu’Adonis ne reviendrait pas, car il ne voulait plus être dans une relation avec moi.»       

«JiC» a ensuite questionné Simone sur ses allées et venues ce fameux soir où Adonis aurait quitté avec son avocat. God aurait quitté le condo du couple avec leur petite fille, Adonia, pour aller se réfugier à Toronto.        

«Je n’avais pas le choix!», de répondre l’ex-conjointe de Stevenson.        

«Les demi-frères d’Adonis ont menacé de me tuer, moi ainsi que notre petite fille Adonia. Je devais quitter pour notre sécurité, d’autant plus que l’avocat d’Adonis m’avait clairement mentionné que la maison de Blainville et le condo de Montréal ne m’appartenaient pas. Je n’allais certainement pas me faire expulser de ma maison avec ma fille devant les médias.»       

Où sont passés les 890 000$?       

Une information publique fait mention que 890 000$ auraient disparus du compte en banque d’Adonis Stevenson. Or, c’est Simone God qui, jusqu’à tout récemment, gérait les comptes de son ex-conjoint.        

La femme a toujours indiqué ne pas savoir ce qui s’était passé dans le dossier de cet argent manquant.        

Jean-Charles Lajoie a donc demandé à Sisi où était passée la somme, «si ce n’était pas elle qui l’avait prise.»       

La question a semblé déranger Simone God.       

«JiC. Il faut toujours faire très attention à ce qu’on dit. Est-ce que c’est moi qui a pris les 890 000$? Non! La cour a déterminé que j’étais innocente. En ce moment, ce sont de nouvelles procédures qui battent leur plein. Si j’avais vraiment cette somme d’argent, j’aurais tous les avocats de Montréal de mon côté!»       

La vie d’Adonis sauvée par Simone God?       

Selon des informations détenues par Lajoie, des proches d’Adonis Stevenson auraient voulu le débrancher alors qu’il était plongé dans le coma.        

Simone God a accepté de commenter ces informations.        

«Sa mère avait abandonné. Elle voulait donner ses organes. J’étais la seule à être demeurée à ses côtés. Sa famille avait déjà planifié sa mort.»       

Adonis a-t-il vraiment régressé?        

«JiC» a ensuite demandé à Simone God comment elle faisait pour savoir qu’Adonis Stevenson avait régressé tout en n'ayant aucun contact avec lui.        

La réponse de cette dernière est allée comme suit :        

«Je connais des gens dans son entourage. Les voisins de la maison à Blainvile me donnent des informations aussi. Certaines personnes ont également vu Adonis au Metro, et m’ont dit qu’il ne sentait pas bon et qu’il était mal habillé.»