Crédit : Photo d'archives, AFP

Baseball - MLB

COVID-19 : Le baseball majeur au cœur d’une étude de détection

Publié | Mis à jour

En congé forcé depuis l’interruption des activités du circuit, des joueurs et des employés du baseball majeur participeront à une étude qui permettra de mieux déterminer le véritable taux d’infection à la COVID-19 aux États-Unis. 

Le réseau ESPN a rapporté l’information, mardi. Au total, ce sont 10 000 personnes qui subiront un test de détection rapide à l’aide d’un instrument semblable à celui utilisé pour vérifier le taux de glycémie chez les diabétiques.  

Avec ce testeur, les universités Stanford et Southern California de même que le Sports Medicine Research and Testing Laboratory (SMRTL) peuvent détecter la présence de deux anticorps dans le sang et ainsi savoir avec précision si la personne ayant fourni l’échantillon a été infectée par la maladie. 

«C’est la première étude d’envergure nationale qui nous permettra d’avoir une lecture de la situation dans un grand nombre de communautés partout aux États-Unis pour comprendre l’envergure de la propagation», a dit le Dr Jay Bhattacharya, de l’université Stanford. 

Agir rapidement 

Responsable de l’étude, le Dr Bhattacharya a indiqué qu’il avait choisi les ligues majeures parmi plusieurs employeurs, car le circuit avait été de loin le plus rapide à réagir. 

«Ils ont été très flexibles et coopératifs. Nous essayons de faire une étude scientifique qui prendrait des années à préparer, et nous y arriverons en quelques semaines.» 

Par ailleurs, même si l’étude devrait pouvoir donner une meilleure idée de la situation globale aux politiciens, le Dr Daniel Eichner, du SMRTL, a indiqué que cette participation des ligues majeures ne pourra pas aider le circuit à établir un plan pour la reprise des activités. 

«[Les ligues majeures] ne se sont pas associé à cette étude pour une raison égocentrique ou pour permettre un retour plus rapide du sport, a expliqué le Dr Eichner. Ils ont fait le saut pour le bien de la santé publique. C’était leur seule et unique intention.» 

Les chercheurs ont également tenu à préciser que le circuit n’avait pas financé cette étude.