Canadiens de Montréal

«Bien peu de DG avaient un intérêt pour lui»

Publié | Mis à jour

Tomas Tatar a rendu de fiers services aux Canadiens de Montréal, mais doit-il pour autant faire partie des plans à long terme de l’organisation?   

À cette question, Jean-Charles Lajoie a répondu catégoriquement par la négative, mardi, lors de l’émission JiC. L’animateur de TVA Sports estime que, dans un scénario idéal, le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, réussirait à inclure l’attaquant slovaque dans une transaction de grande envergure en marge du prochain repêchage.     

Selon les informations qui lui sont parvenues, Jean-Charles ne croit pas que Tatar à lui seul rapporterait assez au CH dans un échange, d’où l’idée de le marchander avec d’autres actifs.   

Lors de la dernière date limite, JiC était d’avis que Bergevin pouvait obtenir au minimum un choix de 1er tour pour les services du meilleur pointeur du Tricolore, mais il a changé son fusil d’épaule.   

«Il semble que mon évaluation fut un brin exagérée. Dans les faits, bien peu de directeurs généraux avaient un réel intérêt pour l’attaquant à la date limite. C’est du moins ce qui m’a été permis d’apprendre au cours des derniers jours», a-t-il révélé.   

S’il concède que Tatar a fourni une production intéressante au CH, Jean-Charles croit que son utilité au sein de l’équipe se résume grossièrement aux points qu’il récolte.  

«Il est apprécié de ses coéquipiers, mais ce n’est pas le gars qui va davantage se tuer à l’ouvrage dans le feu de l’action. C’est davantage un joueur de périphérie comme Jonathan Drouin», a-t-il observé.   

Qui plus est, Tatar ne cadre pas avec les perspectives à long terme du Tricolore selon lui.  

«Il va demander une augmentation de salaire importante, a fait valoir Lajoie. Il va toucher au moins 5,5 millions $ par saison pour au moins cinq ans - et d’après moi en bas de six ans, ça va être compliqué. Il va commencer ce contrat à l’âge de 30 ans. Il va rapidement devenir un boulet beaucoup trop lourd à porter pour le DG qui va lui avoir consenti cette entente.»   

Idéalement, le CH obtiendrait un joueur qui pourrait immédiatement lui prêter mainforte dans une transaction «structurante» impliquant Tatar, mais, sinon, Jean-Charles est en paix avec l’idée de le laisser partir pour presque rien s’il faut s’y résigner à l’été 2021.   

«Il ne peut pas y avoir un autre plan à mon avis», a-t-il soutenu.   

Voyez son édito complet dans la vidéo ci-dessus.