LNH

«Ce serait injuste» -Artemi Panarin

Publié | Mis à jour

Même si ses Rangers de New York se trouvaient à l’extérieur du portrait des éliminatoires à l’arrêt des activités de la Ligue nationale (LNH) le 12 mars, l’attaquant Artemi Panarin croit que l’équipe devrait avoir l’occasion de jouer en séries si le circuit renoue avec l’action dans les semaines à venir. 

Les Blueshirts accusaient ainsi un retard de deux points sur une place donnant accès à la phase d’après-saison dans l’Association de l’Est. Mais surtout, ils s’étaient rapprochés considérablement des formations à rattraper, notamment grâce à une séquence de neuf gains en 10 sorties pendant le mois de février.  

Aux yeux de Panarin, pressenti pour figurer parmi les candidats au trophée Hart, il serait injuste de simplement envoyer les 16 équipes de tête en séries et de laisser toutes les autres dans l’ombre, advenant le retour au jeu des joueurs de la LNH. 

«On entend plusieurs trucs, il n’y a aucune certitude. J’attends le moment où on me donnera une directive claire. Toutefois, si nous jouons de nouveau, ce serait injuste que les Rangers n’aient pas une chance d’être en séries. Si la ligue choisit d’aller directement en éliminatoires, nous méritons d’être là», a-t-il mentionné au quotidien «New York Post». 

«La première chose que je souhaite, c’est de jouer au hockey et espérons que nous pourrons trouver un endroit sécuritaire pour cela. Il y a tellement de rumeurs et de possibilités à propos de ce qui pourrait arriver, comme d’évoluer dans une autre ville sans spectateurs et de demeurer à une place uniquement. (...) Nous verrons. L’aspect le plus important pour les gens est d’être en santé. Je veux revoir tout le monde et côtoyer les partisans le plus tôt possible», a-t-il aussi affirmé. 

Il faudra être prêt 

Celui ayant amassé 32 buts et 63 mentions d’aide pour 95 points en 69 rencontres depuis le début de la campagne a déjà amorcé ses préparatifs quant à un retour au jeu. Il se trouve dans la résidence de son ancien coéquipier des Blue Jackets de Columbus Sergei Bobrovsky à Fort Lauderdale. Toutefois, il prévoit retourner à son domicile du Connecticut sous peu où il poursuivra son entraînement. 

«J’ai commandé un filet de hockey et une glace synthétique afin d’en ajouter davantage à mon programme et d’être prêt si nous recommençons, a-t-il dit. Jusqu’ici, j’ai travaillé les matins avant de déjeuner. Puis, nous avons regardé des films, peu importe ce qui suivait le reste de la journée.» 

«Dans une saison morte, je prends une pause de trois semaines avant de patiner et de m’entraîner au gymnase de nouveau, a-t-il précisé. Donc, c’est l’arrêt le plus long auquel j’ai été soumis et voilà pourquoi j’ai acheté une surface synthétique. (...) Si on nous appelle maintenant – et ça n’arrivera pas -, je pense qu’il me faudrait 2-3 semaines pour être dans une condition me permettant de jouer. Si on retourne dans deux mois, j’aurai le temps de travailler sur cette surface et après, une semaine de préparation me suffira.»