Crédit : AFP

LNH

Un programme salutaire pour Ken Hitchcock

Publié | Mis à jour

En participant au programme de mentorat de l’Association des entraîneurs de la Ligue nationale de hockey (LNH), Ken Hitchcock partage sa vaste expérience, mais il apprend également énormément sur sa profession.

Lancé le 20 mars plusieurs mois plus tôt que prévu en raison de la pandémie de COVID-19, le programme permet à plusieurs centaines d’instructeurs de suivre en ligne des présentations de plusieurs homologues de la LNH.

Pour Hitchcock, qui a présenté un cours d’une trentaine de minutes intitulé «Communication efficace et leadership pour bâtir une équipe», cet exercice est aussi bénéfique pour les jeunes entraîneurs que pour les vétérans de la LNH. Les présentations sont en effet suivies d’une période de questions et de discussions.

«Il n’y a pas que les gens de la LNH dans ces sessions, a indiqué Hitchcock, selon le site officiel de la LNH. Quand j’écoute tous ces jeunes entraîneurs, qui ne sont juniors que par leur titre, je ne peux que me dire que la LNH va être entre de très bonnes mains. Je sens que nous, les entraîneurs plus vieux, apprenons plus que nous n'enseignons. Il y a tellement de jeunes instructeurs impressionnants.»

«Je veux avoir cette chance d’apprendre tous les jours. C’est ce que les entraîneurs aiment. C’est bien quand vous sentez que vous apprenez des choses.»

Pour le Canadien de 68 ans, ces réunions virtuelles sont également une façon de socialiser en ces temps de confinement.

«Quand vous avez terminé avec l’une de ces sessions, vous sentez que vous pouvez commencer votre journée, a-t-il expliqué. Vous sentez que vous avez un but. Vous apprenez, prenez des notes, c'est fantastique. Ça a été vraiment bon pour nous tous. Vous pouvez voir les gens quand ils parlent. Vous avez l'impression d'être avec les gens plutôt que d'être isolés.»

Pour toujours un entraîneur

Hitchcock a dirigé pendant 22 ans des équipes de la LNH. Il a remporté au passage la coupe Stanley avec les Stars de Dallas en 1999 et le trophée Jack Adams en 2012, avec les Blues de St. Louis. Il vient d’ailleurs au troisième rang dans l’histoire du circuit avec 849 victoires.

Il a toutefois été relevé de ses fonctions avec les Oilers d’Edmonton lorsque le directeur général Ken Holland a entamé son séjour avec le club. Depuis, il agit à titre de conseiller auprès du DG. Tout porte à croire qu’il acceptera néanmoins de revenir derrière le banc d’une équipe si une offre lui est présentée.

«J’ai réalisé que je n’arrêterai jamais d’aimer le "coaching", a-t-il dit. Je ne me considérais jamais comme autre chose qu’un entraîneur, peu importe le titre que je porte. (...) Les interactions avec le personnel d’entraîneurs, la préparation des plans de match et la revue des matchs me manquent.»