LNH

Le prochain Québécois à tout casser chez le Lightning?

Publié | Mis à jour

La réputation du Lightning de Tampa Bay en matière d’offensive n’est plus à faire.    

Chaque saison, l’équipe se classe parmi les plus dévastatrices dans la catégorie des buts marqués.       

Stamkos, Kucherov, Palat, Point, Johnson, Killorn...Les options ne manquent pas lorsque l’équipe a besoin de marquer en fin de match!    

Loin de moi l’idée de décourager les partisans des autres formations, mais figurez-vous que malgré tous les gros noms nommés ci-haut, le Lightning compte aussi sur un prometteur joueur de centre dans son club-école. Et il est Québécois! Son nom? Alex Barré-Boulet.    

Dominant chez les juniors    

Barré-Boulet, ce n’est pas compliqué, a su se montrer dominant sur le plan offensif partout où il est passé. Et sa force de caractère ne lui a certainement pas nuit.    

Ancien des Voltigeurs et de l’Armada dans la LHJMQ, le patineur originaire de Montmagny n’a jamais été repêché dans la LNH malgré de bons débuts dans le circuit Courteau, mais ne s’est pas découragé pour autant.    

«Honnêtement, je ne m’attendais pas à être repêché. Mon agent m’avait bien renseigné et j’avais compris que je ne devais pas me faire d’attentes. Je ne suis même pas allé au repêchage.»   

Mais il ne tarde pas à démontrer aux équipes de la LNH qu’elles ont fait une belle gaffe.    

Les trois saisons suivant ce repêchage, Barré-Boulet présente des statistiques qui ne laissent place à aucun doute.    

89 points en 65 matchs à 18 ans. 81 points en 65 matchs à 19 ans. Et... 116 points en 65 matchs à 20 ans.    

SPO-ARMADA-LHJMQ-WILDCATS
Crédit photo : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Il se rappelle d’ailleurs encore très bien sa dernière saison junior.    

«Cette saison-là a été très spéciale. J’ai joué avec d’excellents joueurs comme Alexandre Alain et Drake Batherson. C’est vraiment la meilleure équipe avec laquelle j’ai pu jouer dans la LHJMQ.»   

Et cette fantastique campagne finit par lui ouvrir les portes du hockey professionnel.    

À la fin de sa dernière saison dans la LHJMQ, le Lightning de Tampa Bay lui offre un contrat de trois ans. Une entente à deux-volets qui amènera le jeune homme à devoir, encore une fois, faire ses preuves...    

Débuts du tonnerre à Syracuse    

Après son stage junior, Barré-Boulet dispute sa première saison professionnelle au sein du club-école du Lightning : le Crunch de Syracuse. Avant de parler de ses résultats sur la glace, laissons le jeune homme nous parler de la façon dont il s’est adapté à sa nouvelle vie dans l’état de New York... à seulement 21 ans (il avait cet âge-là à l’époque)!   

«Syracuse est une belle ville. C’est sûr que ce n’est pas New York, mais c’est juste assez gros pour trouver quelque chose à faire. Il y a un gros centre commercial où toutes les activités sont réunies. Le cinéma, ainsi que la piste de karting s’y trouvent, notamment.   

«Bon, c’est sûr que j’ai dû m’adapter rapidement. J’avais vécu en appartement pour la toute première fois l’été précédant mon départ à Syracuse. Je savais me faire à manger, mais le changement est quand même survenu rapidement!   

«Pour ce qui est de l’amphithéâtre, je n’ai rien à redire! La capacité est de 6000 personnes et très souvent, plus de 5000 spectateurs viennent nous voir jouer. Les gens aiment leur équipe.»   

Sur la glace, Barré-Boulet connaît une fantastique première saison dans la Ligue américaine de hockey.   

Il amasse 68 points en 74 parties et termine la saison au premier rang des buteurs du circuit avec 34. Des débuts fracassants, comme on dit!    

C’est donc rempli de confiance que l’attaquant se présente au camp principal du Lightning en septembre dernier. Toutefois, les choses ne se passent pas comme prévues et il est rapidement renvoyé à Syracuse.   

«J’ai connu un camp en dents de scie, pour être honnête. J’ai bien vécu avec mon renvoi, car je savais que je n’avais pas été à mon meilleur.»    

Barré-Boulet, vous l’avez lu précédemment, n’en est pas à sa première montagne à surmonter. C’est donc avec aplomb qu’il a réagi à cette nouvelle épreuve.   

Avant que la présente saison ne soit interrompue par la COVID-19, le Québécois revendiquait 56 points en 60 matchs, récolte bonne pour le 5e rang de l’AHL.    

Prochaine étape, la LNH?   

Ne sachant pas si l’actuelle saison reprendra, le talentueux hockeyeur pense un peu à la prochaine. Après deux excellentes premières saisons chez les professionnels, se sent-il prêt pour la LNH?    

«Je ne me donne pas cet objectif», répond-il, honnête.    

«Je m’étais mis cette pression lors du dernier camp, mais ça ne s’était pas très bien passé...»   

N’empêche, Barré-Boulet demeure un joueur qui croit en ses moyens. Il est conscient que son rêve n’est plus très loin.    

«Je ne m’attendais pas à avoir les statistiques que j’ai eues à Syracuse. Je suis confiant de m’établir un jour dans la LNH. Je suis un attaquant combatif et intelligent qui peut amener beaucoup d’offensive.»   

Lorsqu’on lui demande s’il est dérangé par la rareté des postes libres en offensive chez le Lightning, le jeune homme y va d’une réponse très mature.    

«S’il faut que je sois meilleur défensivement, je le serai. J’accepterai n’importe quel rôle.»   

Et que doit-il améliorer pour mettre toutes les chances de son côté?   

«Mon objectif premier est de devenir plus fort physiquement.»    

Confinement : place à l’imagination!    

Évidemment, le coronavirus force les athlètes à faire preuve d’imagination relativement à leur entraînement.    

Barré-Boulet ne fait pas exception.    

Dans un petit appartement de Sainte-Étienne-de-Lauzon, le Québécois, voulant demeurer actif, doit se montrer imaginatif.    

«Je cours avec mon chien, je fais des pushs-up et des redressements assis, mais ce n’est pas pareil comme le gymnase. Disons que je n’ai pas énormément d’espace!»    

Il peut au moins se consoler en se disant que l’actuelle réalité est la même pour tout le monde!