LNH

LNH: un contexte favorable pour Québec?

Publié | Mis à jour

Avec la réalité actuelle, en raison de la pandémie de coronavirus, il se pourrait que, dans quelques années, certaines formations de la LNH aient des difficultés financières. En effet, certains marchés sont moins solides que New York, Toronto, Montréal ou Chicago.  

Est-ce que cela pourrait ouvrir la porte à Québec, qui espère toujours le retour du hockey professionnel?    

Depuis quelques années, disons que le positivisme n'est pas à l'avant-plan dans la Vieille capitale.  

«Depuis quatre ans, cinq ans. Quand Vegas est sortie à 500 millions $ et Seattle encore plus cher, a souligné le chroniqueur au Journal de Montréal Réjean Tremblay, vendredi, lors de l'émission Salut Bonjour sur les ondes de TVA. Je sais que (Gary) Bettman avait 1 milliard dans sa tête pour Houston. Ça veut donc dire que c’était impensable pour Québec.»  

Toutefois, les choses sont en train de changer.  

«L’industrie du sport professionnel n’a jamais été touchée par toutes les crises, a analysé Tremblay. Même le Forum était plein pendant la Deuxième guerre mondiale. [...] Dans un an, deux ans, trois ans, quatre ans, [...] est-ce que les partenaires économiques vont vouloir s’associer au même montant dans un sport qui va avoir moins de monde dans les estrades?   

«Ça se peut que le plafond salarial baisse. Moi je pense au moins 30%. À ce moment-là, ça devient vraisemblable.»  

À voir dans la vidéo ci-dessus.