Canadiens de Montréal

«C’était débile!»

Publié | Mis à jour

La rivalité entre les Canadiens de Montréal et les Nordiques de Québec s’étendait à tous les niveaux. Sur la patinoire, parmi les partisans, chez les médias, les commerçants. Tout y passait.  

La chaîne TVA Sports présentera d’ailleurs la cinquième partie de la série de premier tour des séries éliminatoires de 1993, ce soir, dès 19h00. Le sixième duel sera diffusé, samedi.   

Cette série, il y a 27 ans, marquait ainsi la dernière confrontation des deux équipes lors de la grand danse du printemps.  

«C’était une rivalité à tous les niveaux, a souligné le chroniqueur au Journal de Montréal Réjean Tremblay, vendredi, lors de l’émission Salut Bonjour sur les ondes de TVA. Il ne faut pas oublier, qu’en plus, c’était deux brasseries. Dans un dépanneur, il y avait le petit calendrier des Canadiens de Molson et dans l’autre, celui des Nordiques d’O’Keefe. Les dépanneurs recevaient beaucoup de bière gratuitement pour mettre le bon calendrier à l’avant.»  

Tremblay se rappelle très bien toute la passion qui se dégageait de ces confrontations.  

«Tu voyais arriver l’équipe TVA avec le "jacket" rouge [...] Et là tu voyais arriver la Soirée du hockey en bleu poudre, s’est remémoré Tremblay. Les deux équipes décrivaient les matchs un à côté de l’autre. C’était débile! [...] Pierre Trudel, Michel Villeneuve, Alain Chantelois, il y a des lignes ouvertes sur la galerie de presse, il était temps qu’il y ait des pauses commerciales pour que le réalisteur leur dise de se calmer. Ça n’avait pas de bon sens.»  

Plus facile  

En 25 ans, le hockey a énormément changé sur la patinoire. Mais, la «game» n’est également plus du tout similaire à l’extérieur.  

«Des hommes, des joueurs capables de parler, d’assumer, de donner des opinions, a confié Tremblay lorsque demandé ce qui lui manquait. [...] C’était tellement simple, les joueurs parlaient, alors qu’aujourd’hui, Trevor Timmins sort de sa cachette, ils (les Canadiens) en mettent huit (les journalistes) sur les lignes téléphoniques. Il dit des inepsies pendant 30 minutes et merci, bonsoir.»  

À voir dans la vidéo ci-dessus.