Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Impact de Montréal

Patrice Bernier fier du chemin parcouru

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Patrice Bernier est habituellement très occupé et souvent parti de la maison à ce temps-ci de l’année, mais ce n’est pas le cas en ce moment, vous vous en doutez bien.

L’adjoint de Thierry Henry a tenu, en février dernier, la quatrième édition de son match de soccer caritatif, Patrice Bernier et ses amis, dont on a dévoilé les résultats jeudi.

Ainsi, en quatre éditions, ce sont plus de 40 000 $ qui ont été redistribués à la Maison d’Haïti et à la Fondation Bon Départ. Il s’agit d’une fort belle récolte.

«On est content d’où on en est et on aimerait en donner plus, a-t-il convenu. Mais il faut regarder d’où on est partis. Il y avait plus de 1200 spectateurs.»

Incontournable

L’événement, modeste lors de sa création, fait désormais partie du circuit des œuvres caritatives à saveur sportive.

«La couverture qu’on nous a donnée nous fait croire qu’on est désormais un événement annuel incontournable.»

«On se trouve là où on voulait être. C’est un événement qui est maintenant attendu et on espère donner plus d’argent dans le futur», a soutenu l’ancien capitaine de l’Impact.

Bernier souhaite désormais que son match prenne un peu d’ampleur même si la situation actuelle vient lui mettre des bâtons dans les roues.

«L’objectif maintenant est d’essayer d’accrocher plus de commanditaires et de plus gros.»

Différent

Quand il s’est assis avec son ami Alexandre Kénol, Bernier avait une idée en tête, mais il ne soupçonnait pas qu’elle prenne ce genre d’envol.

«Je ne m’attendais pas à ce que ça fonctionne si bien. Il y avait des matchs caritatifs de hockey, mais au soccer, c’est plus rare.»

«On voulait créer un événement qui pouvait mettre en vedette le soccer et qui deviendrait une habitude annuelle.»

Selon le Brossardois, c’est le côté familial et bon enfant de son match qui plaît le plus aux spectateurs qui y assistent. Être proche des gens, c’est souvent payant dans un tel contexte.

«On a accroché les gens et on est allés loin. Les gens ont le sentiment d’être proches de l’action, ils voient des célébrités de près et ils contribuent à de bonnes causes.»