Crédit : AFP

LNH

Le joueur des Oilers dans le coma reste dans un état précaire

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Les Oilers d’Edmonton ont indiqué jeudi avant-midi que l’attaquant Colby Cave demeure dans un coma artificiel après avoir été opéré d’urgence pour retirer un kyste colloïde au cerveau deux jours auparavant à Toronto.

«Colby est encore dans un coma. Cela donne le temps à son cerveau de guérir et de se reposer de tout ce qu’il a traversé, a déclaré la famille de l’homme de 25 ans dans un communiqué diffusé sur le site du club albertain. Nous aimerions remercier l’organisation des Oilers, toute la communauté du hockey, nos amis et notre famille ainsi que tous ceux ayant montré leur amour et leur soutien.»

«On veut également dire un gros merci à l’équipe de soins de Colby, les infirmières et les neurochirurgiens de l’Hôpital Sunnybrook. Nous apprécions tout ce que vous faites pour Colby.»

Ancien des Bruins de Boston, Cave a inscrit un but en 11 matchs à Edmonton en 2019-2020. L’attaquant a aussi récolté 23 points en 44 rencontres avec les Condors de Bakersfield, club-école des Oilers dans la Ligue américaine de hockey, cette saison.

McDavid dévasté

Le capitaine des Oilers, Connor McDavid, a réagi publiquement au mal qui afflige son coéquipier.

«C’est une nouvelle dévastatrice, a-t-il dit dans une vidéoconférence organisée par la formation de l’Alberta. Colby est un gars tellement fort, un bon gars de la Saskatchewan. Il est aussi coriace que possible, et si quelqu’un peut s’en sortir, ce sera Colby Cave.»

La super vedette de la Ligue nationale a également demandé aux gens d’inclure l’attaquant dans leurs prières.

«Tout le monde doit prier et penser à Colby, sa femme Emily et toute leur famille, a exprimé McDavid. Je leur envoie juste de bonnes vibrations. C’est tout ce que nous pouvons faire, nous sommes tous coincés à l’intérieur. Nous pouvons simplement penser et prier pour qu’il en ressorte et prier pour que la famille puisse aussi s’en sortir. Je ne peux pas imaginer à quel point c’est dur pour eux.»